Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mort du petit Léo à La Plagne : tous les prévenus reconnus coupables

Le tribunal correctionnel d’Albertville a rendu son jugement vendredi dans l’affaire du petit Léo, mort en juillet 2017 écrasé par un poids lourd. C’était pendant l’installation d’un évènement publicitaire. Le chauffeur, l’office du tourisme et la société d’évènementiel sont reconnus coupables.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - LP/ Aurélie Audureau

Léo, un petit vacancier héraultais de 7 ans, est décédé en juillet 2017 dans la station de La Plagne, près d’une aire de jeux dans un secteur interdit à la circulation. Il est mort écrasé par un poids lourd qui a reculé alors que le chauffeur n'était plus au volant et s’occupait de la remorque. Le chauffeur venait livrer une installation pour un événement publicitaire de la marque Jaguar Land Rover. 

Le chauffeur, qui a reconnu une erreur pendant l’audience, un homme dévasté par le drame, a été condamné à 15 mois d’emprisonnement avec sursis. Il a aussi interdiction de conduire un poids lourd pendant deux ans. Son avocat indique qu’il ne fera pas appel. 

Olivier Sautel, avocat des parents de Léo

L’office du tourisme reconnu coupable

Dans ce dossier, l’office du tourisme de La Plagne qui organisait l’évènement publicitaire avec une société d’évènementiel est reconnue coupable également. En tant que personne morale, l’office du tourisme devrait payer une amende de 100.000 euros dont 50.000 avec sursis. L’ancien directeur est aussi condamné à un an d'emprisonnement avec sursis. A l’audience, il n’avait cessé de rejeter la responsabilité sur le chauffeur ou la société organisatrice de l’événement. 

Cette entreprise : la société AZO est condamnée en tant que personne morale : 100.000 euros dont 50.000 avec sursis. C'est la partie la plus sensible finalement de ce dossier. Car si l'erreur du chauffeur est manifeste, il a mal ou pas mis le frein à main, la responsabilité des autres protagonistes était plus diffuse. Surtout que pendant leur procès ils n'ont cessé de se rejeter la faute. Il s'agissait notamment d'expliquer comment et pourquoi le chauffeur avait pu circuler sur un axe interdit à la circulation l'été. Aucun arrêté n'avait été pris comme le veut la réglementation, aucune signalétique ou mesures de sécurité n' avait été mise en place, là où jouait Léo, sa cousine et ses grands-parents. On ignore pour l'instant si l'office du tourisme et la société d'évènementiel vont faire appel.

Satisfaction des avocats des parents et des grands-parents de Léo

Pour l'avocat des parents de Léo "cette décision est satisfaisante, elle montre que tous les intervenants ont commis une faute". Le chauffeur du camion bien sûr mais aussi l'Office de Tourisme et la société Azo ont commis "un enchaînement de fautes, ce camion rentre dans un lieu où la circulation est interdite et il se retrouve seul à côté de jeux pour enfants sans que personne ne soit dégagé, on n' a pas mis en place de système de sécurité" ajoute Olivier Sautel.

"C'était un grand déni pendant l'audience et l'instruction" - Lolita Huprelle, avocate des grands-parents de Léo

Lolila Huprelle, avocate des grands-parents de Léo

Même satisfaction pour l'avocate des grands-parents, Lolita Huprelle qui déplore l'attitude des prévenus lors de l'audience "c'était un grand déni, on a entendu des choses assez aberrante, il a été plaidé des trous dans la raquette, ce genre de phrases qui était tout à fait inadmissible à la barre".

"On se doit de continuer de vivre pour son frère et pour toute la famille" - Claudine Kolasinsky, mère de Léo

Claudine Kolasinsky, la maman de Léo

Les parents de Léo, très dignes pendant l'audience estiment que "la justice a été rendue pour Léo, on est satisfait même si ce ne sera jamais à la hauteur de la perte de notre fils, explique le père de Léo, Thomas Kolasinsky. La maman, Claudine Kolasinsky ajoute, "on a toujours dit à notre Léo qu'on vivait dans un pays où il y avait une justice et là j'ai la confirmation que je ne lui ai pas menti. C'était important pour moi. Maintenant, on se doit de continuer à vivre pour son frère et pour toute la famille."

Thomas Kolasinsky, le père de Léo

Choix de la station

À venir dansDanssecondess