Société

L'ancien pont de Térénez va disparaître du paysage

Par Camille Payan, France Bleu Breizh Izel mercredi 26 février 2014 à 20:49

Il était depuis 1952 l'unique passage entre le Nord Finistère et la presqu'île de Crozon. Depuis 2011, le pont de Térénez a un grand frère. L'ancien est en cours de déconstruction. Les travaux ont débuté il y a quelques semaines et vont durer plusieurs mois. Si tout va bien au mois d'octobre lorsque vous emprunterez le nouveau pont vous ne verrez plus l'ancien.

L'ancien pont de Térénez ne sera plus visible
Lorsque l'on traverse le nouveau le pont de Térénez au dessus de l'Aulne notre regard s'arrête souvent sur son voisin, un peu plus vieux. Il avait été inauguré en 1925 avant d'être en partie détruit pendant la seconde guerre mondiale puis reconstruit en 1952. Au fil des années comme tout ouvrage il s'est détérioré. Aujourd'hui il est encore debout mais ça ne va pas durer.

On ne peut déjà plus le traverser, il y a un trou de 4m50 au milieu. L'enrobé a été enlevé, désormais les ouvriers scient la dalle de béton pour la démonter. C'est une longue étape qui va durer deux mois. Une fois qu'elle sera terminée il faudra découper la partie métallique c'est à dire les côtés du pont. Et puis la photo sera sans doute impressionnante puisqu'il ne restera que les pylones du pont de chaque côté et les cables porteurs au dessus de l'Aulne. Il faudra quatre mois pour démonter tout ça et s'attaquer au réaménagement. Car il n'y aura donc véritablement plus de pont mais un belvédère de chaque côté : côté Rosnoën et côté Argol avec une petite avancée côté Argol au dessus de l'Aulne.

L'ancien pont de Térénez

Un chantier de 4 millions d'euros

Un chantier de longue durée mais aussi coûteux: quatre millions d'euros dont 800 000 consacrés au traitement des déchets. En quelques chiffres ce pont de Térénez c'est 15 000 tonnes de béton armé, 600 tonnes de charpente métallique, 400 tonnes de câbles et suspentes et 800 tonnes de pierre. Tout sera récupéré, concassé et recyclé. Aux quatre millions d'euros il faut ajouter 500 000 euros pour l'aménagement des belvédères. Le conseil général a prévu des parkings, une piste de vélo et de cheval. Plusieurs sentiers de promenades pour les cyclistes, randonneurs et cavaliers vont voir le jour. 

 

Le futur belvédère rive gauche

Déconstruction Pont ENRO

Partager sur :