Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'ancienne gendarmerie d'Arracourt mise aux enchères pendant une semaine

jeudi 30 août 2018 à 18:20 Par Angeline Demuynck, France Bleu Sud Lorraine

Le Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle cherche à vendre les locaux de l'ancienne gendarmerie d'Arracourt dans le Lunévillois. Les enchères commencent ce vendredi sur Internet.

La parcelle regroupe des bâtiments d'accueil mais aussi les anciens logements de fonction des gendarmes
La parcelle regroupe des bâtiments d'accueil mais aussi les anciens logements de fonction des gendarmes © Radio France - Angeline Demuynck

Les mots "Gendarmerie nationale" s'affichent toujours sur la façade du bâtiment, à l'entrée d'Arracourt. Ces locaux qui abritaient, jusqu'en 2016, une demi-douzaine de militaires sont désormais à vendre. Leur propriétaire, le Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle, les met aux enchères, en ligne, pendant une semaine, à partir de ce vendredi 31 août. Mise à prix : 180.000 euros. 

Quelques travaux sont à prévoir - Radio France
Quelques travaux sont à prévoir © Radio France - Angeline Demuynck

La parcelle de 2.000m² regroupe des locaux de service, les anciens logements des gendarmes ainsi que les anciennes cellules. Il faut impérativement s'inscrire pour une visite avant de pouvoir enchérir. Parmi les acheteurs potentiels : la commune elle-même. "Le Conseil départemental a d'abord évoqué l'hébergement de migrants donc ça ne nous convenait pas du tout. Arracourt n'a pas non plus de penchant fort pour des logements sociaux, explique Ginette Marchand. L'objectif : créer un accueil pour les personnes âgées valides. Avec pourquoi pas, une crèche parentale. Mais la ville a des moyens limités. Elle a fait une offre à 70.000 euros, en espérant que son projet fera pencher la balance. 

Et effectivement, le Département assure que la somme proposée ne sera pas le seul critère de choix. "On ne se base pas uniquement sur le prix, détaille Isabelle Raucy-Petit-Clerc, responsable du foncier et de l'immobilier au sein du Conseil départemental. On sera également très attentif aux projets proposés". Fin des enchères le 7 septembre.