Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'année 2015, vue par les humoristes alsaciens

lundi 28 décembre 2015 à 1:55 Par Olivia Cohen, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

En 2015, face aux tragédies qui ont ponctué l'actualité française, il n'a pas été simple pour les humoristes alsaciens de réagir. Dans leur tête, une question : quand l'heure est grave, peut-on rire de tout ? Réponse(s) avec Jean-Philippe Pierre, chroniqueur, et Roger Siffer, chansonnier.

Le comique alsacien Roger Siffer revient sur l'année 2015. Décryptage et bilan.
Le comique alsacien Roger Siffer revient sur l'année 2015. Décryptage et bilan. © Maxppp

Alsace, France

2015, année douloureuse, émaillée d'événements terribles : comment exercer son métier d'humoriste, quand l'actualité est si poignante et chargée en émotions ?

L'humour à chaud, un exercice éprouvant

Jean-Philippe Pierre est chroniqueur radio, il signe chaque matin un billet d'humeur, à 7h43, sur France Bleu Alsace. Pour lui, réagir à chaud, c'est un numéro d'équilibriste qui s'est révélé particulièrement éprouvant cette année :"L'humour, c'est compliqué, surtout sur le coup... Moi, je le pratique en exercice quotidien. La chronique la plus dure, c'était le 8 janvier, le lendemain des attentats de Charlie Hebdo. Dedans, j'ai employé l'expression : 'mourir de rire'... Là, pour le coup, c'était à prendre au premier degré."

Les événements horribles n'ont pas manqué, alors pour se remonter le moral et celui du public de la Chouc'routerie, le cabaretier Roger Siffer a traqué sans relâche ces petits scandales sans danger, mais qui ne manquent pas de sel : "Le dernier en date, c'est Tapie qui veut se relancer en politique, et faire barrage au Front National... Y'a de quoi faire un sketch !" Mais globalement, dans l'actualité locale, à part l'accident de TGV à Eckwersheim, pas d'événement marquant selon Jean-Philippe Pierre : "Heureusement, il y a eu un sursaut pour les régionales, avec Pernelle Richardot qui garde son siège ou Florian Philippot mauvais perdant..."

Depuis les attentats, y'a-t-il une volonté inconsciente de s'autocensurer ?

Jean-Philippe Pierre s'interroge : "Tout dépend de la situation dans laquelle on se trouve. Dans mon cas, je ne peux pas me permettre l'humour noir sur une radio de service public."

Roger Siffer l'assure, l'humour a de l'avenir, mais... "Pierre Desproges disait 'On peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui.' Moi, je dirais qu'on peut rire de tout, mais que ça devient de plus en plus dangereux..."

Siffer ne se défile pas pour autant : "J'ai joué le lendemain des attentats du 13 novembre, la situation était si abominable, j'ai voulu la désamorcer avec une vanne que je vous restitue : 'Nous tâcherons de lutter contre toute forme de terrorisme, autant que 'Siffer' se peut.' Je l'ai cherchée longtemps cette vanne, mais j'en suis content. Avec ça, les spectateurs repartent avec du léger !"

De son côté, Jean-Philippe Pierre sait qu'il fait plus attention, qu'il se restreint parfois : "En même temps, moi, j'ai grandi avec les Desproges, les Coluche, les Le Luron... Ils allaient loin, tout de même ! Et à l'époque, il y avait la guerre des Six-Jours, il y avait aussi des attentats, mais malgré tout, ça ne s'arrêtait pas de rigoler."

On continue pour 2016 !

Pas question de tomber dans le "C'était mieux avant !" Ni l'un ni l'autre n'a envie de raccrocher. Jean-Philippe Pierre est chaque fois ému, quand il rencontre un auditeur ou un spectateur hilare et ravi : "Dans ces moments-là, je me sens utile... Je fais rire les gens, qui en ont besoin, et ça fait du bien !"

Quand on les traite de héros, Jean-Philippe et Roger rigolent. Ils sont prêts cependant à en découdre avec l'année 2016.