Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'année 2018 sera-t-elle une année sans champignons en Corrèze ?

lundi 1 octobre 2018 à 6:06 Par Philippe Graziani, France Bleu Limousin

Mais où sont les champignons ? Le manque de pluie n'a pas permis cette année aux précieux cèpes et autres trompettes de la mort de sortir, du moins pour l'instant. Une absence qui notamment en Corrèze affecte cueilleurs et revendeurs.

Le cèpe est roi en Corrèze. mais on trouve également beaucoup de girolles, de trompettes, de coulemelles ou de pieds-de-mouton dans le département
Le cèpe est roi en Corrèze. mais on trouve également beaucoup de girolles, de trompettes, de coulemelles ou de pieds-de-mouton dans le département © Maxppp - Jean-Louis Pradels

Corrèze, France

Bernard Régnier connaît tous les coins dans toute la Corrèze. Et cet habitant de Chanac-les-Mines, près de Tulle, est formel : "il n'y a rien". Il en a trouvé en Haute-Corrèze, un ou deux par-ci, par-là. Mais rien de plus et "plus rien depuis plus d'une semaine". Lui n'a jamais vu un tel manque de champignons dans le département. Pas plus que Roger Berthumeyrie, négociant installé à Chanac-le-Mines également. "Normalement fin septembre jusqu'au 15 octobre on est en pleine saison".

500 kilos par jour les bonnes années

Roger Berthumeyrie concède que cela va lui "faire un gros manque à gagner", lui qui cumule, comme c'est souvent le cas en Corrèze, son activité de négoce de champignons avec un bar-tabac. "Pour moi c'est une activité importante. Un petit bar à Chanac ça suffit pas pour vivre". Or cette année, à part quelques girolles en juillet, il n'a vendu aucun champignon. En temps normal en cette saison il achète et revend 2 ou 300 kilos, voire 500 les bonnes années de champignons.

Tant qu'il ne gèle pas

Alain Lesbats lui non plus n'a pas encore vu de champignons. Ce négociant travaille sur tout le département de la Corrèze ainsi que dans la Creuse le Puy-de-Dôme. "On n'a même pas ouvert nos établissements, ça ne sert à rien". La filière a cependant l'habitude des mauvaises années. "Il y en a eu trois ou quatre récemment" rappelle Alain Lesbats. Qui souligne également que certaines années la saison a commencé tardivement. "Il ne manque que la pluie" dit-il. Mais à Chanac on scrute le ciel avec inquiétude. Roger Berthumeyrie a peur que "le froid arrive avant la pluie".