Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'appel à l'aide des étudiants en médecine après l'agression d'un jeune interne aux urgences à Nice

-
Par , France Bleu Azur

Un jeune interne de 27 ans s'est fait violemment agresser samedi après-midi aux urgences traumatologiques de Pasteur 2 par un patient. La victime a déposé plainte et reçu le soutien de l'ordre des médecins, du doyen de la faculté, et du syndicat FO Santé. La direction du CHU aurait tardé à réagir.

Samedi, un jeune interne de 27 ans a été agressé au service des urgences traumatologiques du CHU de Nice
Samedi, un jeune interne de 27 ans a été agressé au service des urgences traumatologiques du CHU de Nice © Maxppp - PHOTOPQR/NICE MATIN/MAXPPP

Nice, France

L'agression a eu lieu dans un box des urgences traumatologiques, samedi après-midi, à l'hôpital Pasteur 2 de Nice. Pierre Colaux est président du syndicat des Internes en Médecine à Nice, il raconte que son collègue agressé est interne depuis un an, c'est un jeune homme grand et costaud : " Le patient violent avait été emmené par des policiers. L'interne n'a pas été informé de sa dangerosité, il était seul dans un box avec une jeune externe qui effectuait ses premières gardes aux urgences. L'homme a renversé des ordinateurs et s'est rué sur l'interne en tentant de l'étrangler avec force, il a réussi à le maîtriser au sol après une minute et a appelé la sécurité."

Pierre Colaux, président du syndicat des internes à Nice

La victime a porté plainte, elle est en arrêt maladie durant quatre jours. Le bureau des internes dénonce dans un post sur Facebook cette agression, qui n'est pas la première cette année et regrette le manque de soutien de la direction du CHU dans un contexte de plus en plus dangereux pour les soignants  à l'hôpital. Le médecin et le directeur de garde se sont rendus me soir-même au chevet de l'interne. La direction de l'Hôpital assure dans un communiqué qu'elle a proposé un accompagnement à la victime.

Récit des faits

FO santé, par la voix de Michel Fuentes a souhaité mercredi apporter tout son soutien "aux internes et à leur représentant, un prompt rétablissement à l’interne agressé. FO regrette qu’il ait fallu une commission médicale d'établissement avec des médecins, le représentant des internes, pour que la Direction au bout de quatre jours réagisse. Quelles que soient nos fonctions, personnel médical, non médical nous sommes tous concernés. FO demande des mesures immédiates de mise en sécurité de nos agents. On n'est là pour sauver vie pas pour risquer la nôtre". Le syndicat demande toujours un poste de policier national aux urgences. 

Le mal-être des internes en médecine 

On compte 580 internes en médecine à Nice et comme partout ailleurs le malaise est important. Certains étudiants se disent au bord de la rupture relate Pierre Colaux "il y a un manque de moyens, on bouche les trous dans les services, les internes perdent vraiment ce qui fait toute la motivation de leur métier, ils font énormément d'heures sans rechigner notamment les spécialités et chirurgiens, car ils veulent soigner. On est à 65-85 heures par semaine, on accepte mais en attendant on demande le respect, la considération et les moyens de se former." Il existe une cellule d'écoute anonyme gérée par deux internes en psychiatrie, extérieure au CHU pour les internes qui se sentent mal. 

Le mal-être des internes

Le conseil de l'ordre propose de mettre ses locaux à disposition pour que les internes viennent s'entretenir avec les médecins, ouverts tous les jours, même dans l'urgence ils pourront discuter en toute discrétion.  Stéphan Louis est secrétaire général de l'ordre des Médecins des Alpes-Maritimes, il se dit consterné par cette agression : "Il y a une fragilité due à l'excellence qu'on demande aux internes et les heures énormes de travail de ces étudiants sur lesquels les services hospitaliers se déchargent car ils sont en formation, et volontaires. Depuis 4 ans nous travaillons à mettre en place plus de sécurité avec la métropole, le préfet, le procureur et l'ARS et permettre une réactivité plus importante des policiers et une réponse sévère de la justice contre les agresseurs."

Stéphan Louis, secrétaire générale de l'ordre des médecins dans les Alpes-Maritimes

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu