Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Appel à la grève illimitée au sein de la police scientifique

-
Par , France Bleu

Les trois syndicats de la police scientifique (SNIPAT, SNPPS, SNAPATSI) lancent un appel à la grève illimitée dans toute la France à partir de ce jeudi 27 décembre. Ils fustigent de mauvaises conditions de travail et réclament un changement de statut.

Les syndicats réclament notamment un changement de statut.
Les syndicats réclament notamment un changement de statut. © Maxppp - Franck HAKMOUN

Manque d'effectifs, manque de moyens, manque de reconnaissance : les agents de la police scientifique en ont "ras le bol." Ce jeudi 27 décembre, les trois syndicats de la police technique et scientifique ont donc décidé de lancer un préavis de grève illimitée. Une pétition a également été publiée sur le site change.org. Plus de 3.300 personnes l'ont déjà signée ce mercredi après-midi. Les 2.500 fonctionnaires de la police technique et scientifique font de plus en plus souvent face à des situations risquées selon les syndicats qui réclament donc un changement statut.

La pétition de la Police Scientifique rassemblait plus de 3.300 signatures ce mercredi après-midi. - Aucun(e)
La pétition de la Police Scientifique rassemblait plus de 3.300 signatures ce mercredi après-midi. - Capture d'écran.

Dans un nouveau communiqué envoyé ce mercredi, l'intersyndicale annonce avoir reçu une invitation du ministère de l'Intérieur, le 8 janvier à 18h30. Un délai jugé trop long par les syndicats qui demandent au ministère d'avancer la rencontre.

Des conditions de travail dégradées

D'après les syndicats, le manque d'effectifs au sein de ce service oblige les agents de formation scientifique à aller davantage sur le terrain et donc à prendre des risques. 

Ces dernières semaines, certains agents ont ainsi été déployés sur de nombreux lieux de rassemblement de "gilets jaunes" pour prendre des photos ou encore relever des empreintes. "De nombreux personnels de la police technique et scientifique sont victimes de violences physiques ou morales : injures, intimidations, menaces, agressivité", précisent les syndicats. Dans leur pétition les fonctionnaires de la police scientifique ajoutent qu'ils ne reçoivent pas de formation de self défense et n'ont pas assez de moyens pour se défendre "malgré la dotation de gilets pare-balles."

De nombreux personnels de la police technique et scientifique sont victimes de violences physiques ou morales. - Syndicat de la police scientifique

Les syndicats expliquent ainsi que le travail des agents présente plusieurs risques : des risques pour leur intégrité physique (intervention en milieux instables ou insalubres) mais aussi des risques psychologiques "liés à la nature macabres et violentes de certaines affaires". De plus, les agents signalent qu'ils utilisent "des produits toxiques et cancérigènes aussi bien en laboratoire que sur le terrain."

Un nouveau statut ? 

"Nous ne réclamons pas plus de pouvoir d'achat" mais "un statut dérogatoire de catégorie active, en adéquation avec nos conditions d'emploi", expliquent les syndicats. 

Concrètement, ils réclament un changement de statut et souhaitent que leur emploi  figure parmi les emplois de catégorie "active" et non "sédentaire" comme c'est le cas actuellement. Cette première catégorie est attribuée par arrêtés ministériels. Les emplois classés dans la catégorie "active" sont des emplois qui présentent des risques particuliers ou des fatigues exceptionnelles, explique le site officiel de l'administration française

Les emplois sont classés en catégorie active par arrêtés ministériels. - Aucun(e)
Les emplois sont classés en catégorie active par arrêtés ministériels. - Capture d'écran

Ce changement de statut leur permettrait, par exemple, d'obtenir un départ anticipé à la retraite par rapport à l'âge normal. Pour certains emplois, il donne également droit à des bonifications et majorations pour la retraite. 

Au cœur des enquêtes

Les syndicats de la police scientifique fustigent aussi un manque de reconnaissance et se disent "méprisés" par leur administration et leur ministre de tutelle. 

Ainsi, ils rappellent sur change.org que leur travail consiste à apporter des preuves juridiques (traces biologiques, traces papillaires, micro-traces, traces numériques, traces odorantes, traces balistiques...) devenues "depuis quelques années incontournables car incontestables." 

Lorsque nos familles, nos amis, nos collègues, nos concitoyens, nos députés, nos sénateurs ou nos ministres sont victimes d'infractions, nous intervenons immédiatement et nous identifions le ou les auteurs de ces actes.

Les syndicats de la police scientifique rappellent enfin que leur travail permet d'élucider un tiers des affaires de la police nationale. 

Choix de la station

France Bleu