Société

L'appel au secours des pompiers sarthois

Par Julien Jean, France Bleu Maine lundi 12 septembre 2016 à 18:52

Sapeurs pompiers
Sapeurs pompiers © Maxppp - Arnaud Beinat

Plus de 2 missions chaque jour ne peuvent pas être assurées par les pompiers sarthois, faute d'effectifs suffisants. Le Service départemental d'incendie et de secours (Sdis) souffre d'un manque de sapeurs pompiers volontaires et de problèmes de disponibilités pour ceux qui acceptent de s'engager.

"Je me souviens il y a 18 ans, nous avions une carence par mois, c'est à dire que le service de secours ne pouvaient pas engager un engin faute d'effectifs. Aujourd'hui, nous sommes arrivés à 2,5 carences par jour ! C'est énorme !" alerte Jean-Pierre Vogel, le président du Service d'incendie et de secours de la Sarthe. La situation est préoccupante et elle s'explique entre autres par la baisse du nombre de sapeurs volontaires.

En 20 ans, la Sarthe a ainsi perdu plus de 150 engagements alors que "les pompiers volontaires constituent la colonne vertébrale du Sdis" explique le commandant Marc Rallu, en charge de la mission encouragement volontariat. Les volontaires sarthois représentent actuellement 87% des effectifs et sont indispensables au bon fonctionnement des 76 casernes de la Sarthe. "Nous avons un peu plus de 2 000 volontaires répartis sur l'ensemble de la Sarthe. Et on en a besoin". Impossible en effet pour les 290 pompiers professionnels d'assurer seuls la centaine de missions quotidiennes, soit une intervention tous les quarts d'heures.

Camion du Sdis 72 - Radio France
Camion du Sdis 72 © Radio France - Julien Jean

Présent aux 4 jours, la foire du Mans, le commandant Rallu se félicite donc "d'avoir recruter une quarantaine de nouveaux volontaires, qui peuvent s'engager dès l'age de 16 ans". Mais la tendance est lourde et " la problématique nationale" ajoute Jean-Pierre Vogel qui doit faire face également à "des difficultés au niveau de la disponibilités des volontaires". Car nombreux sont ceux à travailler, à côté de leur engagement chez les pompiers. Il faut donc que les entreprises qui les emploient, acceptent de les libérer en cas d'urgence.

A ce jour, 150 entreprises, établissements publics et collectivités ont signé un partenariat avec le Sdis. Elles s'engagent à mettre à dispositions leurs salariés en fonction de leurs possibilités. "C'est à la carte" explique Jean-Pierre Vogel. Certaines, comme Arjowiggins (qui comptent 2 sites en Sarthe), permettent ainsi à leurs employés - pompiers volontaires de suivre une formation sur leur temps de travail. D'autres comme l'entreprise Legrand à Sillé-le-Guillaume garantit de laisser partir ses 7 volontaires au moindre appel de la caserne, "simplement, on doit rattraper plus tard le travail qui n'a pas été fait" explique Fabrice, l'un d'eux.

C'est le cas aussi à Loué où la mairie compte 3 agents communaux s'étant portés volontaires auprès du Sdis. Et le maire, Dominique Croyeau n'y voit rien à redire : "C'est sûr que c'est contraignant mais c'est un devoir. Nous avons tous un rôle à jouer, les citoyens comme les collectivités. Alors quand ils sont appelés comme tout à l'heure pour un accident de la route, ils partent... et le travail est remis à plus tard". Sur les 2 031 volontaires sarthois, 450 bénéficient de cette aide de l'employeur.

Ce lundi, 38 établissements se sont vus remettre le label "employeur partenaire des sapeurs pompiers" par le Sdis afin de les récompenser.

Partager sur :