Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'application Uber débarque à Metz

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

L'application mobile Uber est officiellement lancée ce mercredi à Metz. Le service de réservation de VTC (voiture de transport avec chauffeurs) numéro 1 en France inquiète d'ores et déjà les taxis messins.

L'application Uber fait officiellement son apparition à Metz
L'application Uber fait officiellement son apparition à Metz © Maxppp - Alexandre MARCHI

Metz, France

Depuis quelques mois déjà, il était possible de réserver une course en VTC (voiture de transport avec chauffeurs) grâce à l'application Uber à Metz, mais la firme créée au Etats-Unis n'avait pas encore officialisé sa présence en Moselle. C'est désormais le cas avec le lancement du service ce mercredi dans la cité mosellane. Une petite révolution dans le monde du transport de particuliers.

Un potentiel de chauffeurs et de clients à Metz

Arrivé en 2011 à Paris, Uber s'est progressivement déployé dans les grandes villes de France avant de s'attaquer aux villes moyennes. Ainsi, l’application est apparue ces derniers mois à Tours, Orléans, ou encore Rennes

Si Metz y a droit à son tour, c'est que la demande existe assure Rym Saker, directrice de la communication d'Uber France. "Depuis le début de l'année, 110.000 personnes différentes ont ouvert l'application Uber à Metz pour essayer de passer commande d'une course." Quand aux chauffeurs, ils sont déjà une dizaine à proposer le service. Le lancement officiel de l'application doit permettre d'en augmenter considérablement le nombre.

Les jeunes comme cible principale  

Fort de son expérience dans les villes où l'application est déployée, Uber vise principalement une clientèle de jeunes, davantage rodés à l'utilisation des smartphones que leurs aînés. "Une utilisation nocturne, typiquement sur les retours de soirées ou de restaurants, décrit Rym Saker, mais également les jeunes professionnels actifs." 

Dans ses études sur Metz, Uber a constaté que les demandes venaient à 17% de Messins, 65% d'habitants d'autres villes et 18% d'étrangers. 

Les taxis vigilants

Les chauffeurs de taxi manifestent régulièrement pour dénoncer ce qu'ils considèrent comme une concurrence déloyale de la part d'Uber et des VTC. A Metz, ils sont 115 à sillonner la ville. Christian Nicolas, le président du syndicat des taxis de Moselle met en garde contre "l'effet de mode" que peut provoquer l'arrivée d'Uber. "Je n'empêche pas les gens de travailler pour Uber, mais quand vous faîtes vos résultats à la fin de l'année, et qu'on vous a déjà retiré 25%* sur ce que vous avez fait, avec le prix de la voiture, le gazole qui augmente, les assurances, les charges sociales et patronales. Si vous voulez faire deux ou trois heures par jour, c'est pas viable." 

La concurrence ne nous fait pas peur si elle s'exerce de façon loyale 

Le professionnel reconnait qu'Uber a prix de la clientèle à ses collègues dans d'autres villes mais "la concurrence ne nous fait pas peur si elle s'exerce de façon loyale" assure Christian Nicolas qui promet d'être particulièrement vigilant sur le respect de la loi qui interdit notamment aux VTC, les maraudes et le stationnement sur la voie publique. 

* 25%, soit le montant de la commission prélevé par la plateforme sur chaque course effectuée.

Choix de la station

France Bleu