Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les 58 migrants de l'Aquarius débarqueront à Malte

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Provence

L'Aquarius était "en route vers Marseille" et en attente d'une autorisation "à titre exceptionnel" pour le débarquement des 58 migrants à son bord. Ce mardi, le Portugal a fait une proposition d'accueil et le gouvernement maltais a annoncé le débarquement des migrants à Malte.

L'Aquarius est en route vers Marseille
L'Aquarius est en route vers Marseille © Maxppp -

Marseille, France

L'Aquarius est toujours "en route vers Marseille" et les ONG ayant affrété le navire humanitaire ont demandé aux autorités françaises d'autoriser "à titre exceptionnel" le débarquement des 58 migrants à son bord, a précisé lundi le directeur des opérations de SOS Méditerranée.

En concertation avec la France et l'Espagne, le gouvernement portugais a annoncé être prêt à accueillir 10 des 58 migrants à bord de l'Aquarius. Cette décision a été prise "de façon solidaire et concertée avec l'Espagne et la France". De leur côté, quatre ONG, Amnesty International, Médecins du monde, le Secours catholique-Caritas et la Cimade ont demandé au président Emmanuel Macron d' "ouvrir les ports français" pour accueillir les 58 migrants de l'Aquarius.

Pour le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, "la solidarité européenne devra s'exercer avec Malte", port sûr le plus proche pour l'Aquarius qui "entre dans la zone de sauvetage sous la responsabilité de Malte".  Et le gouvernement maltais a effectivement confirmé que les 58 migrants débarqueront à Malte. Ils seront ensuite "immédiatement répartis" dans d'autres pays.

"Marseille n'est pas le port le plus proche"

Ce mardi, Sébastien Lecornu, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, a estimé sur franceinfo que Marseille "n'était pas le port le plus proche" pour accueillir l'Aquarius. Même réaction de Gérald Darmanin qui a lui estimé que c'était la responsabilité de Malte.

"Un bateau en difficulté ou un bateau avec des personnes en difficulté doit être accueilli dans le port le plus proche. À ce stade, Marseille n'est pas le port le plus proche et donc là, comme à chaque fois, le gouvernement va s'attacher à trouver une solution européenne dans les jours et les heures qui vont venir", a précisé Sébastien Lecornu.

"Comme l'Aquarius est proche de Malte, c'est Malte qui doit l'accueillir", a estimé sur France Inter le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin. "La France doit respecter les traités et les règles européennes", a-t-il ajouté. "Si demain, le Premier ministre considérait que le bateau avec des migrants est près des côtes françaises, il faut que la France accueille ces populations".

De manière unanime, la gauche a dénoncé l'attitude "irresponsable" et "inacceptable" de l'exécutif qui n'a pas autorisé le navire humanitaire Aquarius à débarquer à Marseille les 58 migrants. "On ne ferme pas les portes des urgences quand quelqu'un qui est au bord de mourir s'y présente", a précisé Boris Vallaud, le porte-parole du PS, sur BFMTV. Sur la même chaîne, Bruno Le Maire, ministre de l'Economie a expliqué que "Pour l'instant, elle (la France) dit non parce que si nous voulons avoir une politique migratoire qui soit cohérente, il faut respecter les règles européennes".

La directrice générale adjointe de SOS Méditerranée, Fabienne Lassalle, a annoncé qu'une "réponse" de la France était attendue dans la journée, "La demande a été faite officiellement et on nous a dit qu'on aurait une réponse dans la journée. On reste confiant".

Le port de Marseille seul envisageable

"C'est la seule option que nous avons" pour permettre à l'Aquarius, "dernier navire" civil dans la zone, "de continuer sa mission" de sauvetage des migrants, a expliqué Frédéric Penard lors d'une conférence de presse à Paris. "Le port de Marseille est le seul port envisageable pour qu'il puisse repartir", a-t-il ajouté, alors que le navire vient d'apprendre que les autorités panaméennes allaient lui retirer son pavillon.

La France "cherche une solution européenne" 

La France a répondu, ce lundi soir, qu'elle cherchait "une solution européenne" selon le principe du "port sûr le plus proche", ont indiqué les services du Premier ministre. "Comme nous l'avons fait à plusieurs reprises au cours des derniers mois, nous recherchons une solution européenne selon le principe du port sûr le plus proche", a répondu Matignon, interrogé par l'AFP sur le fait de savoir si la France allait accorder son autorisation.

Marseille doit être complice des sauveteurs" - Benoît Payan

Dans un communiqué, le président du groupe socialiste au conseil municipal de Marseille, Benoît Payan appelle la ville à être "complice" des sauveteurs. "La ville de Marseille s’honorerait à lui garantir son accueil inconditionnel, à devenir son port d’attache symbolique. L'Aquarius doit pouvoir battre pavillon Marseillais" explique l'élu.

Le Rassemblement national réclame une enquête parlementaire

De son côté, le sénateur RN Stéphane Ravier réclame une commission d'enquête parlementaire sur "les agissements des ONG en mer Méditerranée". "L'Aquarius, via les ONG qui l’affrètent, bénéficie d'argent public. Comme je l'écrivais dès juillet dernier, il est urgent que le Sénat fasse la lumière sur les agissements de ce type de navires et qu'en attendant, l'Etat ordonne la mise sous séquestre de l'Aquarius s'il faisait à nouveau escale dans un port français", explique l'élu dans un courrier adressé à Philippe Bas, président de la commission des Lois du Sénat.

Marseille doit aider l'Aquarius à titre exceptionnel

La sénatrice PS des quartiers nord demande elle dans un communiqué de "sortir de la stratégie du dernier recours par une vraie vision humanitaire à l’échelle européenne". "Notre histoire et la morale nous obligent" insiste Samia Ghali. "Marseille doit aider l’Aquarius et ses 58 passagers à titre exceptionnel pour autant Marseille ne doit pas être la seule ville d’Europe à être exemplaire". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu