Infos

L'Aquavit saisit l'Unesco pour faire retirer le projet des deux hôtels Hilton à Tours

Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine dimanche 31 janvier 2016 à 7:22

Le projet des deux hôtels Hilton rue Nationale
Le projet des deux hôtels Hilton rue Nationale - La SET

L'association estime que le projet de construction de deux hôtels Hilton, dans le haut de la rue Nationale, dénature les bords de Loire protégés par l'inscription au patrimoine mondial de l'UNESCO.

L'Aquavit part en croisade contre le projet de construction de deux hôtels Hilton rue Nationale à Tours. L'Aquavit, c'est cette association qui défend la qualité de vie dans l'agglomération tourangelle. Elle vient de saisir l'UNESCO pour faire retirer le projet des deux hôtels Hilton place Anatole France. Selon l'association, ils dénatureraient les bords de Loire protégés par l'inscription au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Pourtant, l'enquête publique de 2014 a conclu que l'impact patrimonial et paysager des deux hôtels Hilton n'était pas contraire à la charte de l'UNESCO sur la protection du Val de Loire. Alors que va-t-il se passer maintenant? L'UNESCO va transmettre la démarche de l'Aquavit au comité du patrimoine mondial  qui va en vérifier la conformité à ses valeurs. C'est cette entité qui aura pouvoir de faire ou non modifier le projet.

Des hôtels de 24 mètres de haut

Sans oublier la perspective de l'église St Julien qui, selon l'Aquavit, va être cassée par l'omniprésence des deux hôtels.

Pour François Louault, le président de l'Aquavit, c'est d'abord la taille des hôtels, 24 mètres de haut et une centaine de chambres, qui pose problème. Sans compter les futurs matériaux utilisés, pas de pierre de tuffeau mais du calcaire, de l'aluminium et du verre.

La mairie estime que le projet est conforme au cahier des charges imposé par L'Unesco

Françoise Amiot, adjointe au maire en charge du patrimoine, répond que tout a été mis en œuvre pour que le patrimoine tourangeau inscrit à l'inventaire de l'Unesco soit protégé : étude d'impact et enquête d'utilité publique.

Partager sur :