Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'argent de poche, une pratique en voie de disparition

vendredi 2 novembre 2018 à 7:16 Par Adrien Bossard, France Bleu

Et vous, vous donnez encore de l'argent chaque semaine à vos enfants ? L'argent de poche hebdomadaire n'a, semble-t-il, plus trop la côte. C'est ce que l'on apprend dans les colonnes du Parisien-Aujourd'hui en France. Les parents donnent en moyenne 7 euros 83 par semaine à leurs enfants.

En moyenne, les parents donnent 7,83 euros d'argent de poche à leurs enfants, par semaine.
En moyenne, les parents donnent 7,83 euros d'argent de poche à leurs enfants, par semaine. © Maxppp - Jean-Luc Flémal

France

Le rituel de la petite pièce dans la tirelire est en train de se perdre, en France. C'est ce qui ressort d'une enquête publiée ce vendredi dans Le Parisien-Aujourd'hui en France. En moyenne, les parents donnent chaque semaine 7,83 euros à leurs enfants entre 8 et 15 ans, soit 4 euros de moins qu'il y à quatre ans.

L'épargne privilégiée

Première raison à ce désamour de l'argent de poche : les parents préfèrent bien souvent les compte bancaires au petit cochon rose de la tirelire. Une manière d'apprendre à ses enfants comment gérer de l'argent, économiser, et surtout dire à quoi tous ces euros serviront plus tard. En moyenne, huit jeunes de moins de 14 ans sur dix ont une compte épargne en France.

Des enfants plus stratèges

Si l'argent de poche, chaque semaine, n'existe plus vraiment, c'est aussi la faute des ados. Ils sont devenus plus vénaux ou fins stratèges. Ils attendent le moment opportun, du style une bonne note à l'école, pour soutirer l'air de rien, de l'argent. Histoire de se payer un fast-food ou un cinéma avec les copains. Les parents ont du mal à dire non, mais ne vont pas, en plus, rajouter le petit pécule hebdomadaire.

Heureusement, il y a les grands-parents

Là où l'argent de poche fait encore de la résistance, c'est avec papy et mamie. Ils sont 68% à donner des sous aux petits-enfants. Pas vraiment par semaine mais plutôt une fois dans le mois.