Société

L’arme anti-graffiti découverte à Longuyon

Par François Pelleray, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu lundi 26 octobre 2015 à 15:15

L'entreprise SLVP de Longuyon mène la lutte anti-graffitis.
L'entreprise SLVP de Longuyon mène la lutte anti-graffitis. © Maxppp

Une entreprise de Longuyon, dans le Pays haut (54), a mis au point une gamme de produits baptisée Graffilor. "Aucun graffiti ne lui résiste". La SNCF a déjà adopté les produits de la société SLPV (société lorraine de peintures et vernis).

Cela fait des années que la société lorraine de peintures et vernis (SLPV), située à Longuyon en Meurthe-et-Moselle,  travaille sur une arme anti-graffiti. Et cette fois, elle affirme avoir trouvé une gamme de produits totalement efficace. « Aujourd’hui, il ne reste plus une trace fantômes sur les murs après le passage de nos produits » raconte le PDG de SLPV Jacques Henrion.

Pour empêcher les graffeurs d’agir, un vernis a été mis au point : « soit la peinture glisse sur la surface, soit elle se nettoie très facilement » poursuit Jacques Henrion.

Un gel qui fait fondre le graffiti

Ensuite, pour nettoyer, il existe deux manières de faire. Un produit très liquide qui permet de laver à l’éponge. Ou alors, si les graffitis sont plus anciens et plus imprégnés, « on applique un gel qui fait fondre la peinture et avec un simple rincage à l’eau, le mur retrouve son aspect d’origine ».

La SNCF a dit oui

La SNCF a adopté les produits de la SLVP, notamment les gares de Metz et Nancy. Etant qu'ils ne sont pas polluants, ces produits peuvent être utilisés à l’intérieur des rames, notamment dans les toilettes où il est fréquent que des voyageurs laissent leur signature. La lutte contre les tags mobilise une personne en permanence à la SNCF et cela coûte des dizaines de milliers d'euros par an rien que pour le technicentre de Metz-Sablon. La PME de Longuyon, qui emploie 15 salariés, fait parler d’elle également sur le marché allemand.