Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

L'armée du salut de Belfort s'inquiète de la fin de la trêve hivernale

jeudi 29 mars 2018 à 18:30 Par Emilie Pou, France Bleu Belfort-Montbéliard

Selon l'armée du salut, 45 personnes vont se retrouver sans solution d’hébergement à la fin de la trêve hivernale ce 31 mars sur la ville de Belfort, dont des femmes et des enfants. L'association alerte les pouvoirs publics et demande à l'Etat de trouver des solutions pérennes.

L'armée du salut s'inquiète de la fin de la trêve hivernale
L'armée du salut s'inquiète de la fin de la trêve hivernale © Maxppp - Sébastien Jarry

Belfort

Le communiqué est tombé ce jeudi matin. L'armée du salut, au niveau national, s'inquiète de la remise à la rue ce 31 mars à la fin de la trêve hivernale de " milliers de femmes, d'hommes et d'enfants, parfois en bas âge ".  L'association, qui vient en aide aux sans domicile fixe et aux plus démunis, parle de situations inquiétantes sur des villes comme Paris Lyon et Belfort et demande à l'Etat " d'arrêter la politique de la température et de trouver des solutions de logement pérennes ". 

Il manque une cinquantaine de places pour le Territoire de Belfort

A Belfort, où c'est l'armée du salut qui gère la plate forme d'urgence sociale, il y a en effet, selon son directeur, Thierry Novelli, 45 personnes qui vont se retrouver sans solution d'ici quelques jours: " Il y a en effet des familles, notamment des migrants déboutés du droit d'asile, qui n'ont pas les moyens d'accéder au logement. Ce qu'on souhaite c'est créer de nouvelles places, il en faudrait une cinquantaine pour le Territoire de Belfort. Cette année des efforts ont été faits de la part des services de l'Etat mais pour nous ce n'est pas suffisant ". 

Des solutions ont été trouvées pour une soixantaine de personnes

De son côté, la préfecture du Territoire de Belfort répond que des solutions ont bien été trouvées pour une soixantaine de personnes à la suite de réunions entre les différents services de l'Etat, les bailleurs sociaux et l'armée du salut justement. Mais que l'Etat n'a pas vocation à héberger les migrants déboutés du droit d'asile. Joel Dubreuil est le secrétaire général de la préfecture: " On constate qu'il y a 48 personnes qui n'ont pas le droit au séjour qui font partie de ce dispositif hivernal. Ces personnes ne peuvent pas avoir accès au logement puisqu'elles n'ont pas droit au séjour. Que fait-on? Ouvre-t-on des places, sur des moyens publics, pour accueillir des personnes qui n'ont pas vocation à rester sur le territoire national? Je pose la question " .