Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'arrêté "anti remise à la rue" de la mairie de Grenoble est suspendu en référé

-
Par , France Bleu Isère

Le maire de Grenoble, Eric Piolle voulait en faire un outil pour que personne ne reste à la rue. Mais la préfecture de l'Isère a choisi de faire un recours contre cet arrêté et le tribunal des référés vient de le suspendre ce vendredi 28 juin. Un revers.

Eric Piolle, maire de Grenoble (Isère)
Eric Piolle, maire de Grenoble (Isère) © Radio France - Jade Peychieras

C'était une mesure forte du conseil municipal de Grenoble. L’arrêté "anti-remise à la rue"  pris au mois de mai est suspendu par le tribunal administratif. L'objectif était d’empêcher la remise à la rue d'une personne si aucune solution de logement ne lui était proposée. 

Mais le tribunal, saisi en référé par la préfecture de l'Isère, a estimé qu'il y avait un risque que ce texte soit illégal, et l'a donc suspendu en attendant que l'affaire soit jugée sur le fond.

La réponse d'Eric Piolle

Le maire de Grenoble réagit dans un communiqué : "Aujourd’hui à Grenoble, à l’Estacade, en plein centre-ville, en plus des familles demandeuses d’asile que l’Etat ne prend pas en charge, plusieurs familles sont venues s’installer sur le site, elles viennent d’être mise à la rue alors qu’elles étaient jusqu’alors hébergées par une structure financée par l’Etat. Aucune proposition d’hébergement ne leur a été faite alors qu’elles sont demandeuses. Elles se retrouvent donc à la rue, en plein épisode caniculaire. Au moins deux hospitalisations ont eu lieu du fait de la chaleur. L’arrêté que j’ai pris vise à mettre au même niveau le droit au logement et à l’hébergement et le droit à la propriété. Il a pour ambition de faire respecter la loi à tous les niveaux et éviter ainsi les drames et les troubles à l’ordre public. L’épisode de l’Estacade qui se déroule sous nos yeux met tout le monde à mal : les personnes sans-abri, les riverains, les services. Il nous rappelle à quel point ce droit est fondamental. Aujourd’hui avec nos avocats, nous réfléchissons à la meilleure façon de faire en sorte que l’Etat respecte les lois de la République." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess