Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L’AS Saint-Étienne logiquement choisie pour l’expérimentation “Kop debout”

vendredi 27 juillet 2018 à 15:58 Par Sandrine Morin, France Bleu Saint-Étienne Loire

ASSE-Amiens, c’est le match amical de ce vendredi 27 juillet. Deux clubs qui vont participer à l’expérimentation “Tribune debout” lancée par la ministre des sports, deux clubs qui n’ont pas été choisis par hasard.

Aucun kop ne chante assis ! le mot d'ordre des militants de cette mesure.
Aucun kop ne chante assis ! le mot d'ordre des militants de cette mesure. © Maxppp -

Saint-Étienne, France

Pour les supporters, c’est tout simplement la fin d’une hypocrisie : "Aucun kop ne chante assis". Réclamé depuis des années par l’Association nationale des supporters le sujet du retour des tribunes "debout" dans les stades de football est en train de s’imposer. Grâce au monde politiques et à deux élus LREM  Gwendal Rouillard et Jacqueline Maquet, deux députés qui ont tout fait pour convaincre la ministre Laura Flessel. Grâce aussi au travail de l’instance nationale du supportérisme.   

Interdites en 1992  

Concrètement, il s'agira soit de retirer les sièges, qui seront alors tracés au sol, soit d'installer des sièges à dossiers rétractables. Des barrières anti déferlement seront aussi installées. En France, les tribunes debout sont interdites depuis la catastrophe du stade de Furiani en 1992 (18 morts après l'effondrement d'une tribune) mais leur retour est une revendication depuis longtemps. Dans les faits, les supporters se tiennent debout, malgré les sièges, dans les tribunes où ils sont les plus actifs.  

Quatre clubs pour le moment   

La ministre des sports Laura Flessel avait demandé à l'Instance nationale du supportérisme (INS) de lui remettre une étude sur les conditions de mise en oeuvre de cette expérimentation, notamment en termes de sécurité et de coûts. Elle a donc lancé une expérimentation pour quatre clubs (deux en Ligue 1 et deux en Ligue 2) l'AS Saint-Étienne, le FC Sochaux-Montbéliard, le RC Lens et l'Amiens SC. 

"Si cette première liste ne comprend que des clubs de football, l'expérimentation est néanmoins ouverte à tous les clubs relevant des ligues professionnelles", indique le ministère, qui parle d'une "seconde vague d'admission à l'expérimentation" à l'automne. D’autres clubs pourront donc entrer dans l’expérimentation.    

Peu de changement dans le Chaudron    

Geoffroy-Guichard fait donc partie des quatre stades choisis pour une expérimentation. Alors qu'à Lens, au stade Bollaert, on est en train d'enlever les barrières dans le Chaudron cette expérimentation ne changera pas grand-chose. Notamment parce qu’avec les sièges escamotables, voulus pour l’Euro 2016, le stade avait déjà réfléchi à cette question. Les barrières en quinconce sont déjà installées. Il y aura peut-être simplement des changements à la marge comme de la peinture dans les escaliers pour bien les matérialiser.  

C’est d’ailleurs tout sauf un hasard si Saint-Étienne a été choisie pour cette expérimentation. Samuel Rustem stadium manager et Florian Merle chargé des relations avec les Supporters à l'ASSE sont en pointe sur le dossier et ont déjà été entendus de nombreuses fois par l’instance nationale du supportérisme.  

Rapport d’évaluation trimestriel   

Ce qui va changer en revanche, c’est que tous les trois mois, il y aura un rapport rendu. Il sera établi en liaison très étroite avec les associations de supporters stéphanois. La question de la tribune visiteur et de son évolution va très vite se poser. On se souvient que les incidents à Amiens l’an passé fin septembre avaient eu lieu justement dans la tribune visiteurs. Des incidents qui avaient fait 29 blessés.