Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Drame de Furiani : l’Assemblée nationale adopte en première lecture la fin des matchs le 5 mai

87 votants, 85 pour et un contre. L’Assemblée Nationale a adopté en première lecture ce jeudi 13 février la fin des matchs de football le 5 mai. La proposition de loi, portée par le collectif du 5 mai, a été présentée par le député de la Haute-Corse Michel Castellani.

Hommage aux victimes du drame de Furiani devant la stèle réaménagée stade Armand Cesari
Hommage aux victimes du drame de Furiani devant la stèle réaménagée stade Armand Cesari © Radio France - Patrick Rossi

C’est une victoire pour le collectif du 5 mai. Depuis des années, ce collectif se bat pour la sacralisation de cette date et pour qu'aucun match de football professionnel ne soit joué. Le 5 mai 1992 à Bastia, lors de la demi-finale de la Coupe de France de football, une tribune du stade Armand-Cesari s'effondre et cause la mort de dix-huit personnes. 2 357 spectateurs sont également blessés lors de cette catastrophe. 

Beaucoup d’émotion pour le collectif du 5 mai

C'est la fin d'un long combat pour Didier Grassi, membre du collectif du 5 mai. "On attendait ça depuis quasiment trente ans. Nous avons toujours cru qu’avec la force de la conviction et de l’explication nous arriverions à convaincre les personnes qui n’avaient pas compris ce qui s’était passé le 5 mai 1992 à Bastia"

On attendait ça depuis quasiment trente ans

Selon Didier Grassi, "les débats ont été de qualité et l’ensemble des députés connaissaient le dossier". Des débats qui ont ravivé les souvenirs de la catastrophe de Furiani. Dans leurs prises de paroles, les députés de chaque groupe ont évoqué l’endroit où ils étaient au moment où la tribune, montée à la hâte, s’est effondrée lors de la demi-finale de coupe de France opposant le Sporting Club de Bastia à L’Olympique de Marseille.

Une proposition de loi portée par le député corse Michel Castellani

Ce jeudi matin, à l’Assemblée Nationale, les députés ont adopté en première lecture et à la quasi-unanimité la proposition de loi portée par Michel Castellani, le député de la première circonscription de Haute-Corse, après un débat qui a duré plus de deux heures.

Les députés de l'Assemblée nationale ont ainsi voté favorablement à cette proposition de loi, visant à ce qu'aucun match de football professionnel ne soit joué un 5 mai. Le texte doit maintenant être examiné par le Sénat avant de revenir, pour adoption définitive, devant les députés.

Des problématiques de calendrier balayées par la Ministre des sports

Durant plusieurs années, l’argument mis en avant par les instances du football était lié au calendrier et à la difficulté de déplacer les matchs. En cause, notamment, la retransmission des rencontres. Le collectif du 5 mai avait déjà remporté une première victoire en ce sens en 2017 : les matchs ne seraient plus joués le 5 mai si ces derniers étaient organisés un samedi. C'était encore insuffisant pour le collectif.

Ce jeudi 13 février dans l’hémicycle, Roxana Maracineanu, la ministre des Sports a balayé l’argument des instances du football français : "Reporter les matchs, ne me semble pas insurmontable, je souscris à l’esprit de cette loi. Une promesse faite par François Mitterrand. Je ne peux que me satisfaire que sous la présidence d’Emmanuel Macron, cet engagement puisse être respecté" a-t-elle déclaré.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu