Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'Assemblée vote l'interdiction du téléphone portable à l'école et dans les collèges

jeudi 7 juin 2018 à 16:23 - Mis à jour le vendredi 8 juin 2018 à 7:00 Par Viviane Le Guen, France Bleu

L'Assemblée nationale a voté jeudi, en première lecture, une proposition de loi LREM visant à une "interdiction effective" des téléphones portables dans les écoles et collèges à la rentrée prochaine.

L'Assemblée nationale a voté jeudi une proposition de loi LREM visant à une "interdiction effective" des téléphones portables dans les écoles et collèges à la rentrée prochaine.
L'Assemblée nationale a voté jeudi une proposition de loi LREM visant à une "interdiction effective" des téléphones portables dans les écoles et collèges à la rentrée prochaine. © Maxppp - PASCAL BONNIERE

L'Assemblée nationale a voté jeudi, en première lecture, une proposition de loi LREM visant à une "interdiction effective" des téléphones portables dans les écoles et collèges à la rentrée prochaine, défendue par le gouvernement comme "un signal à la société".

Le texte, adopté à main levée en première lecture, a obtenu les voix des élus de la majorité LREM et MoDem, ainsi que de l'UDI-Agir. Tous les autres groupes ont dénoncé une proposition "inutile" voire une "tartufferie" (LR), qui revient à une "simple opération de communication".

Le gouvernement veut combattre l'usage abusif des écrans

La mesure était une promesse de campagne d'Emmanuel Macron.  Il s'agit d'interdire le téléphone mobile et tout autre outil de communication électronique (tablette, montre connectée et toute future invention de ce type) dans les écoles maternelles, les écoles élémentaires et les collèges. L'appareil pourra toutefois être accepté en classe à des fins pédagogiques et dans les lieux où le règlement intérieur l'autorise expressément.

Objectif pour le gouvernement : combattre l'usage abusif des écrans par les enfants, la fréquentation des sites pornographiques et le cyberharcèlement.

Pas d'interdiction pour les profs

Les opposants à la mesure font valoir que le code de l'éducation interdit déjà, depuis la loi du 12 juillet 2010, les portables "durant toute activité d'enseignement et dans les lieux prévus par le règlement intérieur". Or ce nouveau texte ne prévoit "aucun encadrement et aucune sanction en cas de non exécution" a notamment fait remarquer Patrick Hetzel (LR). 

En réponse à ces remarques, le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer a défendu à l'Assemblée nationale le besoin "d'une base juridique beaucoup plus solide", assurant que ce n'est "pas une loi pour les apparences".

Les élus du groupe majoritaire, qui avaient envisagé d'étendre l'interdiction du portable aux personnels et enseignants, ont finalement fait machine arrière. Le ministre a jugé que ce ne serait"pas opportun", notamment pour éviter des "effets pervers" en termes de sécurité.

Les syndicats enseignants réclament plus de pédagogie

Sur franceinfo, Frédérique Rolet, secrétaire générale du SNES-FSU, premier syndicat des professeurs de collège et de lycée, a fait part de sa réserve.

Selon elle, plutôt que l'interdiction, "ce qui est vraiment important, c'est l'éducation aux outils numériques (...) plutôt faire prendre conscience que c'est un outil qui peut être intéressant, mais qui doit rester un outil".