Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'association calvadosienne Pompiers Missions Humanitaires reçoit un chèque de 5 000 euros

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Les bénévoles de l'association calvadosienne Pompiers Missions Humanitaires ont reçu ce lundi un chèque de 5 000 euros, en soutien à leur intervention au Liban en août dernier, après l'explosion qui avait fait au moins 190 morts. Une bouffée d'oxygène pour cette association qui vit de dons.

Les bénévoles reçoivent le chèque de 5 000 euros de la part du Conseil Départemental du Calvados
Les bénévoles reçoivent le chèque de 5 000 euros de la part du Conseil Départemental du Calvados © Radio France - Nourhane Mahmoudi

Près d'un mois et demi après leur retour du Liban, l'association Pompiers Missions Humanitaires reçoit un don de 5 000 euros de la part du conseil départemental du Calvados. Une aide bienvenue, pour cette association qui avait envoyé dans l'urgence ses bénévoles à Beyrouth. 

Une bouffée d'oxygène

Pour Jérôme Ripeau, sapeur-pompier à la caserne de Ifs et bénévole, ce chèque est comme une bouffée d'oxygène. "Nous ne vivons que de dons, et le déplacement au Liban le mois dernier avait un coût... Mais comme on dit, l'argent est le nerf de la guerre, et il en faut pour continuer à partir en urgence sur des catastrophes, et continuer à donner notre aide" explique le sapeur-pompier. 

Ce don leur permet d'amortir les coûts engendrés par le départ en urgence en août dernier. "Il a fallu payer les billets d'avion, puis sur place les taxis... Il fallait être totalement autonome financièrement pour pouvoir bouger" confie de son côté Joël Lecarpentier, bénévole et pompier retraité. 

Un autre départ envisagé

Si cette somme permet à l'association de respirer, elle lui permet également d'envisager un autre départ au Liban dans les prochains mois. Le but : la formation de leurs homologues pompiers libanais. "Au niveau du sauvetage-incendie, il n'y avait pas de problème. C'est surtout au niveau de sauvetage-déblaiement que cela posait problème. Ils n'avaient pas de formation sur cette technique. Et c'est pour cette formation que nous souhaitons intervenir" poursuit Joël Lecarpentier. 

Le sauvetage-déblaiement consiste à chercher des corps ensevelis sous des décombres instables, après une catastrophe. Et celle de Beyrouth a été particulièrement impitoyable. "On ne s'attendait pas à autant de dégâts ! On s'est mis à chercher avec eux quelques restes humains, parce que l'explosion était tellement importante... Et on recherchait surtout les dix sapeurs-pompiers sur place en première intervention" conclut-il. 

L'association a gardé contact avec des pompiers sur place, et prévoit de retourner à Beyrouth dans les prochains mois. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess