Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'Association des étudiants en médecine réagit après l'ouverture d'une enquête pour soupçons de bizutage à Caen

mercredi 25 octobre 2017 à 19:21 Par Suzanne Shojaei, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu

Faut-il participer aux soirées d'intégration ? C'est une tradition à la fac de médecine. Mais à Caen, elle n'aura pas lieu cette année car une enquête a été ouverte pour soupçons de bizutage l'an dernier. L'Association nationale des étudiants en médecine de France s'exprime.

Une enquête est en cours à Caen pour des soupçons de bizutage lors du dernier week-end d'intégration en 2016.
Une enquête est en cours à Caen pour des soupçons de bizutage lors du dernier week-end d'intégration en 2016. © Maxppp - Sebastien JARRY

Caen, France

Dans un communiqué, l'Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) "condamne toute pratique pouvant être apparentée à du bizutage". L'association, qui ne participe pas à l'organisation des soirées d'intégration, "n'a pas non plus vocation à en contrôler le contenu". Difficile de savoir si ces pratiques, quand elles sont avérées, sont récurrentes dans les différentes facultés de France.

Pour le président de l'association, Yanis Merad, "les études de médecine créent des risques psychosociaux, des risques de dépression dus à l'isolement. C'est pour ça que les soirées d'intégration sont importantes pour tisser des liens entre les étudiants, à condition que ces soirées soient saines et responsables."

"Les études de médecine créent des risques psychosociaux." - Yanis Merad, président de l'Association des étudiants en médecine

Le président évoque l'ouverture d'enquêtes chaque année pour des soupçons de dérives. "Ces enquêtes n'aboutissent pas toujours. Parfois on se rend compte que les faits ne sont pas avérés. Parfois, ils le sont. C'est difficile d'évaluer."

"Les associations étudiantes manquent de l'aide logistique de l'université ou d'autres associations locales." - Yanis Merad, président de l'Association nationale des étudiants en médecine de France

L'important, pour Yanis Merad, est de ne pas diaboliser les évènements d'intégration. Le président de l'association demande même à ce que les étudiants qui les organisent soient aidés, accompagnés et formés. "Il faut leur donner aussi de la logistique et des moyens. Si on leur met à disposition des infrastructures comme des terrains de sport pour organiser des activités responsables, ce serait beaucoup plus simple pour les associations étudiantes."

Yanis Merad veut rassurer. Selon lui, la majorité des associations étudiantes respectent les bonnes pratiques lors des soirées d'intégration.