Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Lactalis : du lait infantile contaminé par la salmonelle

Lactalis : échange constructif entre l'association des familles de victimes et le préfet de la Mayenne

mardi 25 septembre 2018 à 21:24 France Bleu Mayenne

Ce mardi 25 septembre, le président de l'association des victimes du lait contaminé aux salmonelles Quentin Guillemain et sa vice-présidente Ségolène Noviant ont été reçus par le préfet de Mayenne, une semaine après la reprise de la vente des produits infantiles fabriqués à Craon.

Quentin Guillemain et Ségolène Noviant de l'association des familles victimes de Lactalis
Quentin Guillemain et Ségolène Noviant de l'association des familles victimes de Lactalis

Laval, France

"Un échange constructif" a déclaré Quentin Guillemain, président de l'association des familles victimes de Lactalis, à l'issue d'un entretien d'un peu plus d'une heure et demie. Ce mardi, le pourfendeur de Lactalis a rencontré Frédéric Veaux, le préfet de Mayenne. 

Une semaine après l'autorisation de l'Etat pour de nouveau commercialiser la poudre de lait infantile produite à Craon, l'association souhaite des réponses et connaître ce qui a été fait pour autoriser la remise en route de l'usine mayennaise.

Ce qui en ressort, c'est un exercice de transparence dont on a rarement fait l'objet depuis des mois" - Quentin Guillemain, le président de l'association des familles victimes de Lactalis

Quentin Guillemain, accompagné de sa vice-présidente, ont visiblement eu satisfaction : "on nous a donné des éléments sur les conditions qui ont été mises en oeuvre pour la reprise de production de l'usine, par exemple des échantillonnages plus fréquents, la transmission des autos-contrôles [...] cette transparence est un moment fondateur, enfin nous avons des réponses à nos questions. On sent qu'il y a eu une action de l'Etat."

Néanmoins, l'association continue d'appeler au boycott de la marque Lactalis. "Elle n'a jamais répondu à nos sollicitations, comment voulez-vous que des consommateurs fassent confiance à une entreprise qui ne fait pas preuve de transparence?", s'interroge Quentin Guillemain.

Aujourd'hui, des centaines de plaintes ont été déposées dans cette affaire. Une enquête judiciaire est en cours mais pour l'heure aucun  juge d'instruction n'a été désigné.

Par :