Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

L'Association des jardins familiaux de Châteauroux en colère

-
Par , France Bleu Berry

Le président de l'association des jardins familiaux de Châteauroux compte écrire au préfet : il s'offusque de l'application drastique des mesures de confinement empêchant de nombreux jardiniers de cultiver leur parcelle.

Le président des jardins familiaux de Châteauroux demande que ses adhérents puissent cultiver quelques heures par jour leur parcelle
Le président des jardins familiaux de Châteauroux demande que ses adhérents puissent cultiver quelques heures par jour leur parcelle © Radio France - Nicolas Blanzat

"Une heure par jour et à un kilomètre de chez soi ! Mais c'est méconnaître le jardinage!" Daniel Boussoutrot ne décolère pas. Le président de l'Association des jardins familiaux de Châteauroux insiste : "J'ai échangé avec la mairie de Châteauroux, mais il n'y a rien à faire. Le maire me fait répondre que ce n'est pas de son ressort et que toute personne manquant aux règles du confinement s'expose à une grosse amende". Or, selon ses calculs, au moins 130 familles habitent à plus d'un kilomètre des jardins familiaux qu'elles louent à Châteauroux

Une véritable question d'économie

"Il ne s'agit pas que de s'aérer l'esprit quand on est confiné dans un appartement. C'est aussi pour beaucoup une question économique. Ils font un jardin pour avoir des légumes à manger. Là, on autorise la vente de plants. Mais pour quoi faire ? Puisqu'on ne peut pas aller les planter dans nos jardins ! Et si le confinement est levé en mai, ce sera foutu pour beaucoup de plantations !" s'énerve Daniel Boussoutrot qui a préparé un courrier à destination du préfet de l'Indre. 

"On ne comprend pas pourquoi dans le Cher par exemple la règle est plus souple et chez nous, c'est appliqué de façon si rigide !" s'agace t-il. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess