Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'association See Surf sensibilise au handicap visuel à Lacanau

lundi 14 août 2017 à 19:20 Par Romain Dézèque, France Bleu Gironde

À l'occasion du Lacanau Pro, l'association See Surf a organisé lundi une sensibilisation au handicap. Avec une démonstration de handisurfeurs et la possibilité pour le grand public de se mettre à la place des déficients visuels en surfant avec un bandeau sur les yeux.

Les surfeurs malvoyants sont aidés par des bénévoles de See Surf
Les surfeurs malvoyants sont aidés par des bénévoles de See Surf © Radio France -

Lacanau, France

L'association See Surf proposait ce lundi à des volontaires de surfer avec les yeux bandés, pour mieux sensibiliser au handicap. Parmi les volontaires, Ihna, 13 ans, surfeuse depuis son plus jeune âge et qui décrit une sensation "totalement différente". "On perd toute stabilité" raconte la jeune réunionnaise. La vision en moins, les autres sens sont en alerte explique Maéva Szlovik, vice-présidente de l'association. "Le regard est très important dans le surf, pour s'orienter notamment. Là, ils doivent développer d'autres sens comme le toucher, l'ouïe... la sensation des vagues. Je me souviens d'un non-voyant... je lui ai demandé comment il parvenait à savoir s'il y avait une vague. Il m'a répondu que ce n'était pas compliqué puisqu'il dès qu'il y en avait une, les filles criaient ! C'était son repère."

Il faut également beaucoup de concentration pour les déficients visuels. Ils sont entourés de bénévoles qui les lancent et les guident par la voix. "Quand un bénévole nous dit "top vague à droite", on se concentre pour partir immédiatement à droite. L’exécution du geste se fait à l'instant "T", pas à l'instant "T-1" " explique Claudy Robin, président et membre fondateur de See Surf. À quelques mètres de lui, Lou, 11 ans et mal-voyante. Elle applique le conseil à la lettre et pratique le surf régulièrement grâce à l'association. Une chose impensable pour elle il y a encore deux ans. "Pour moi, c'était impossible. Quand ils m'ont parlé de la possibilité de surfer j'étais tellement contente ! Ils m'avaient changé ma vie !". Lou et les bénévoles ont un espoir... que le surf paralympique face son apparition en 2024. Et pourquoi pas à Lacanau.