Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

L'association Solmiré alerte le département du Doubs après la mise à la rue d'un migrant mineur isolé

-
Par , France Bleu Besançon

Après l'arrivée à Besançon d'un jeune Ivorien de 16 ans, le collectif Solmiré alerte sur la situation des mineurs non accompagnés. En attendant l'action des services du département du Doubs, le collectif a installé un campement au parc de la gare d'eau pour loger le jeune migrant.

Le collectif Solmiré à installé un campement au parc de la gare d'eau, à Besançon.
Le collectif Solmiré à installé un campement au parc de la gare d'eau, à Besançon. - Collectif Solmiré

"A Besançon, des enfants dorment dehors", c'est ce qu'écrit le collectif Solmiré dans un communiqué. Basée à Besançon, l'association vient en aide aux migrants, demandeurs d'asile et réfugiés du département.

Depuis quelques jours, le collectif Solmiré a installé un campement au parc de la gare d'eau afin de loger un jeune migrant. Âgé de 16 ans, il est arrivé mardi de Côte d'Ivoire. "Il cherche à être mis à l'abri et il n'a eu aucune réponse du département. On lui dit que les services sont saturés", explique une des membres du collectif. 

54 mineurs non accompagnés en attente d'évaluation 

D'après la chargée de l’enfance au conseil départemental du Doubs, Odile Faivre Petitjean, les services d'accueil sont saturés en raison de la crise sanitaire. "Nous avons dû suspendre les évaluations de minorité pendant le confinement", explique t-elle. 54 jeunes sont en attente d'une évaluation de leur minorité, dans le Doubs. "Nous avons dû confiner ces mineurs non accompagnés", poursuit la chargée de l'enfance. Les évaluations ont repris il y a quelques jours avec le déconfinement. 

Ce sont des jeunes qui arrivent en France sans aucun repère. Ils ont vécu des situations difficiles de part leur parcours migratoire, donc c'est important pour nous de les accueillir et de faire en sorte que leurs droits soient respectés par les institutions - Le collectif Solmiré

Pour le moment, c'est l'association Solmiré qui s'est chargé d'accueillir ce jeune Ivoirien. "C'est un jeune qui a besoin d'accompagnement, notamment médical. Il a besoin de pouvoir s'appuyer sur des adultes. C'est ce qu'est sensé offrir la protection de l'enfance", déplore Quentin, membre du collectif Solmiré. 

Près de 1 500 mineurs suivis par le département du Doubs

En pleine crise sanitaire liée à l'épidémie de coronavirus, l'association s'inquiète pour la situation des migrants mineurs isolés et considère que le département ne joue pas son rôle. "Il y a une obligation de mise à l'abri sur les cinq premiers jours après l'arrivée d'un mineur en France. Cette obligation légale n'est pas respectée", alerte le collectif Solmiré. 

Selon Quentin, la situation de ce mineur ivoirien n'est pas un cas isolé : "De manière assez récurrente, le département s'affranchit de cette mission de mise à l'abri des jeunes à la rue." Le membre du collectif Solmiré espère que la mobilisation permettra l'action des services du département du Doubs. 

De son côté, le département du Doubs se dit engagé dans l'accompagnement des mineurs isolés. D'après Odile Faivre Petitjean, "la collectivité suit plus de 1 500 mineurs, dont plus de 370 mineurs non accompagnés." Le service de l’enfance au conseil départemental du Doubs doit "suivre la situation et proposer une solution d'hébergement dès que ce sera possible" pour le jeune Ivoirien arrivé mardi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu