Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'augmentation "spectaculaire" des bénéfices de la société des Dépôts Pétroliers de La Corse

lundi 26 novembre 2018 à 16:50 Par Patrick Vinciguerra, France Bleu RCFM

L'information est révélée par Frédéric Poletti du collectif contre la cherté du carburant : les bénéfices de la société des Dépôts Pétroliers de La Corse auraient doublé entre 2010 et 2017. Ce qui expliquerait en partie la situation particulière de l'île. "Faux", répond le directeur de DPLC.

Des prix à la hausse,  les bénéfices aussi
Des prix à la hausse, les bénéfices aussi © Maxppp -

Corse, France

"Une poule aux œufs d'or !" C'est, selon le collectif contre la cherté des carburants, ce que serait l'île pour la société des Dépôts Pétroliers de la Corse (DPLC) qui joue un rôle central dans le processus de distribution de l'or noir. Des conclusions tirées de la lecture des comptes de cette société entre 2010 et 2017, finalement rendus publics. 

Frédéric Poletti dans son blog (https://a4c.home.blog/2018/11/26/la-societe-des-depots-petroliers-de-la-corse-dplc-la-poule-aux-oeufs-dor/) parle de croissance exceptionnelle. 

DPLC, c'est en 2017, 12 salariés pour un chiffre d'affaires de 10 500 000 euros et des bénéfices de 3 340 000. Un mot, un seul : spectaculaire ! 

Tout d'abord, au niveau du chiffre d'affaires. Entre 2010, la première année d'exploitation de l'ère Rubis (devenu largement majoritaire dans la société DPLC) et 2017, il aurait augmenté de 20,46 %. Ensuite, les bénéfices. Ils auraient eux carrément explosé, + 100, 07 %

Frédéric Poletti résume en quelques chiffres la situation : "DPLC, c'est en 2017, 12 salariés pour un chiffre d'affaires de 10 500 000 euros et des bénéfices de 3 340 000 euros. Un mot, un seul : spectaculaire !". Il dément par ailleurs une récente déclaration du directeur de DPLC qui affirmait que les bénéfices de la société sont largement réinvestis". "C'est faux, assure le porte-parole du collectif, puisque la presque totalité des bénéfices a été convertie en dividende". 

"Il est certain, conclut Frédéric Poletti, que la gestion de DPLC n'explique pas à elle seule la différence de prix avec le continent (...) mais permet d'appréhender la politique néfaste de Rubis vis-à-vis de la cherté des carburants en Corse". 

Sur un prix de 1 euro 60 le litre, nous sommes responsables d'un coût pour le consommateur de seulement 2,8 centimes, Didier Clot, directeur de DPLC

Face à ces attaques, la direction des Dépôts Pétroliers de la Corse a tenu à apporter un certain nombre de précisions. "Premièrement, il convient de rappeler que DPLC est prestataire de services, il n'est pas propriétaire du carburant, il ne vend pas de carburant. DPLC stocke des produits pour le compte de ses clients, et après avoir ajouté des additifs commerciaux, il charge des camions. Cette prestation est facturée 2,8 centimes par litre. Donc, insiste Didier Clot, le directeur de la société, nous sommes responsables d'un coût pour le consommateur de seulement 2,8 centimes sur 1 euro 60". Didier Clot reconnaît cependant réaliser des bénéfices, "comme toutes les sociétés privées". Des bénéfices qui s'élèveraient à 0, 43 centime par litre.

L'explication de la cherté du carburant en Corse serait à chercher ailleurs.