Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'avenir du programme Erasmus discuté pendant deux jours à Dijon

-
Par , France Bleu Bourgogne

L'avenir du programme d'échanges Erasmus pour les cinq prochaines années : c'est le thème des conférences organisées de jeudi à vendredi, à Dijon. Un avenir où beaucoup plus de personnes pourront partir, grâce à un financement plus important.

 Faire en sorte que beaucoup plus de monde parte à l'étranger est la principale ambition du plan Erasmus 2021-2027.
Faire en sorte que beaucoup plus de monde parte à l'étranger est la principale ambition du plan Erasmus 2021-2027. © Radio France - Victorien Willaume

Dijon, France

L'avenir du programme Erasmus. Voilà le sujet des deux jours de conférences organisées de jeudi à vendredi au Conseil régional de Bourgogne, à Dijon. Car le nouveau plan Erasmus 2021-2027 va bientôt être mis en place. 

Il va permettre de développer encore le programme, notamment en faisant en sorte que beaucoup plus de monde parte. Pour arriver à cela, le financement va être doublé, selon la directrice France d'Erasmus + Laure Coudret-Laut. Cela va permettre de passer potentiellement de 100 000 personnes qui partent en mobilité aujourd'hui en un an, à 350 000.  

Inciter les jeunes qui habitent à la campagne 

Autre objectif du plan : varier les profils. Aujourd'hui Erasmus est surtout connu pour faire partir des étudiants, mais les organisateurs souhaitent aussi, même pour de courts séjours, qu'il y ait de plus en plus d'élèves d'école primaire, d'apprentis, d'enseignants, qui en bénéficient. 

En fait, ce sont surtout les personnes qui habituellement ne s'inscrivent pas qui sont visées, comme les jeunes qui habitent à la campagne. D'après Laure Coudret-Laut, il faudrait les habituer, dès le plus jeunes âge, à de courts séjours à l'étranger.

Entre 2014 et 2018, 7 677 mobilités ont eu lieu depuis les établissements de Bourgogne France Comté, dont 3 370 mobilités en Côte d'Or. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu