Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'éclairage public nocturne s'éteint peu à peu dans les communes landaises

lundi 8 janvier 2018 à 17:25 Par Marie Rouarch, France Bleu Gascogne

Les lampadaires allumés la nuit dans les Landes sont de moins en moins nombreux. Dernière commune en date à renoncer à l'éclairage public nocturne : Castets. Deux arguments : écologie et économies.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Sebastien JARRY

Landes, France

Les rues de Castets seront prochainement plongées dans le noir toutes les nuits, entre 1 heure et 5 heures du matin. La municipalité vient d'acter cette décision : un geste écologique, pour préserver l'environnement, et économique pour réduire le montant des factures. Castets vient donc allonger la liste des communes landaises qui renoncent partiellement ou totalement à éclairer leurs rues la nuit.

À compter de la fin du mois de janvier, tous les lampadaires de Castets, 2 400 habitants, resteront éteints entre 1 heure et 5 heures du matin, toute l'année, excepté pendant les fêtes d'été. Un sur deux le sera déjà à partir de 23 heures, puis de 5 heures du matin au lever du jour. "Tout ça dans le but de _faire des économies d'énergie_, explique Philippe Mouhel, maire de Castets. Si chacun met sa pierre à l'édifice au niveau national, on pourra préserver et améliorer notre environnement et nous y sommes sensibles". "On a été sensibilisés aussi, ajoute le maire, sur l'extinction de certains insectes qui sont attirés par la lumière, se fatiguent et décèdent."

L'environnement, c'est la motivation essentielle - Philippe Mouhel, maire de Castets

Philippe Mouhel trouve aussi "ridicule" de maintenir l'éclairage public nocturne dans un village qui, si dynamique soit-il, voit relativement peu de passants l'arpenter au milieu de la nuit.

Environnement et économies

Et puis, évidemment, l'élu ne s'en cache pas, les motivations financières comptent également. Même si le Sydec, syndicat d'équipement des communes des Landes, qui gère l'éclairage public, n'a pas su chiffrer les économies potentielles que la commune réalisera en coupant ses lampadaires la nuit. Dax par exemple, coupe partiellement son éclairage public. La ville a réalisé en un an 20% d'économies sur sa facture d'électricité. 

"L'air de rien, Castets dépense un peu plus de 120 000 euros d'électricité par an, toutes dépenses comprises, poursuit Philippe Mouhel. On ne va pas économiser 120 000 euros mais si on arrive à économiser un peu, ce sera toujours ça qui n'aura pas été dépensé." Comme toutes les communes de France, Castets doit faire face à la baisse des dotations de l'État. "Plutôt que d'aller chercher de l'argent dans les poches du contribuable, on essaie d'aller chercher dans nos dépenses du quotidien", explique le maire.

Castets suit l'exemple de Dax ou Roquefort

Castets n'est pas la première commune landaise à prendre ce genre de décision. "Il n'est jamais trop tard", glisse Philippe Mouhel. Dax, Mont-de-Marsan, Tarnos, Biscarrosse, Roquefort, pour ne citer que ces villes, ont déjà montré l'exemple. D'ailleurs, selon le Sydec, la quasi-totalité des communes landaises plongent, au moins partiellement, leurs rues dans le noir, la nuit à des horaires variables, compris entre 23 heures et 6 heures du matin. 

La spécificité de Castets, c'est que l'éclairage public sera totalement coupé l'espace de quatre heures. Du côté du Sydec, on explique que seules quelques municipalités ont opté pour cette solution radicale, de petites communes essentiellement. Les autres éteignent les lampadaires dans certains quartiers résidentiels, ou coupent un lampadaire sur deux. Le Sydec recommande de maintenir la lumière la nuit sur les grands axes de circulation, au niveau des abribus, des passages piétons ou des carrefours dangereux, pour des raisons évidentes de sécurité.