Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'école rurale de Goupillières près de Barentin menacée de fermeture

mardi 3 avril 2018 à 6:01 Par Victoria Koussa, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Le poste d'enseignante de cette école à une seule classe pourrait être supprimé à la rentrée en septembre prochain. Elus et parents montent au créneau pour préserver le poumon social du village.

François Dodelin, maire de Goupillières, se bat pour garder son école.
François Dodelin, maire de Goupillières, se bat pour garder son école. © Radio France - Victoria Koussa

Goupillières, France

C'est le dernier lieu de vie du village. L'école de Goupillières près de Barentin en Seine-Maritime pourrait malgré tout fermer ses portes à la rentrée, en septembre 2018. Remballer les feutres de couleur, le tableau à craie, les tables en bois d'écoliers de l'époque. Une dizaine d'autres petits établissements sont menacés de fermeture, mais les élus et les parents d'élèves ne comptent pas se laisser faire.

De mère en fille, de père en fils

Depuis 1880, la classe unique qui accueille des écoliers de la grande section de maternelle au CM2 voit défiler des générations entières de Goupilliérai(se)s. "C'est l'école de mes enfants, c'est même l'école de la maîtresse", insiste François Dodelin, le maire de la commune.

Les tables d'écoliers d'antan sont encore là. - Radio France
Les tables d'écoliers d'antan sont encore là. © Radio France - Victoria Koussa

"Il y a de l'entraide entre les enfants (...) quand les CM2 ont terminé leur exercice, ils vont aider les CP", ajoute le maire avant d'affirmer : "la classe a même accueilli un écolier handicapé, une petite structure l'a vraiment aidé dans son apprentissage"

ECOUTEZ - Reportage dans l'école rurale menacée de Goupillières

Un coût pour les parents

"Ma fille va à l'école à pieds et rendre manger à la maison le midi", affirme Stéphanie, aussi déléguée parents d'élèves de Goupillières. Si l'école venait à fermer, "il faudrait payer le transport en car et la cantine, un coût pour certaines familles, notamment des mères célibataires obligées de trouver une nourrice pour garder leur enfant avant l'école".

Car d'après cette maman, dans la petite école du village collée à la mairie, c'est flexible. "On peut déposer les enfants dès 7 heures, et on est certain qu'ils ne seront pas mis à la porte le soir si l'on est en retard au moment de les récupérer".