Société

L'Education nationale a du mal à recruter des profs de maths et des instits

France Bleu mercredi 30 avril 2014 à 11:08

Classes primaires
Classes primaires © Maxppp

Alors que l'Education nationale a organisé cette année une session de concours supplémentaires pour recruter de nouveaux profs de maths et des professeurs des écoles, il y a finalement moins de postes pourvus que de places à pourvoir. En cause notamment, le passage des concours du niveau licence au niveau master, depuis 2010.

LA QUESTION DU JOUR > Le métier de prof, ça fait encore rêver, d'après vous ? Vos réactions au 0810 055 056 (coût d'un appel local) ou sur la page Facebook de France Bleu.

Il y avait 1.592 postes de professeurs de mathématiques à pourvoir lors de la session extraordinaire des concours organisée cette année. Et sur ce total, seuls 793 candidats ont été admis au Capes, soit la moitié . Et sur les 4.583 candidats qui s'étaient inscrits, seuls 2.529 se sont en réalité présentés aux épreuves, selon les chiffres officiels publiés mardi.

Même problème pour le Capes de lettres classiques (latin, grec), où il y a seulement 156 admissibles (ce qui donnera donc encore moins d'admis), pour 300 postes à pourvoir. Chez les professeurs des écoles, 875 postes n'ont pas été pourvus : c'est 10% des postes qui étaient disponibles . Le SNUipp-FSU, principal syndicat du primaire, craint de voir "des classes sans enseignants ou des académies recourir à des vacataires contractuels, sans formation ". 

Une session exceptionnelle en plus des concours 2013 et 2014

Le gouvernement peine à pourvoir les postes pourtant promis par François Hollande lors de la campagne à la présidentielle 2012. D'ici à la fin du quinquennat, 54.000 postes devront être créés, pour respecter cet engagement de campagne. C'est pour cette raison que le précédent ministre de l'Education, Vincent Peillon, avait décidé de mettre en place une session exceptionnelle entre les concours des professeurs de 2013 et 2014 , qui ont généralement lieu en fin d'année universitaire.

Pourquoi ce manque de candidats ? La réforme de 2010, qui a relevé le niveau des concours au master (soit Bac+5) au lieu de la licence (Bac+3), pourrait bien figurer comme l'une des principales responsables. D'abord parce que le nombre d'étudiants en master sont moins nombreux. Ensuite, parce que pour une formation à Bac+5, le salaire du métier de professeur est considéré comme bas . Or, en particulier pour les scientifiques – dont les professeurs de mathématiques – le marché du travail privé est considéré comme plus rémunétateur.

Partager sur :