Société

L’Église de France organise une journée de prière pour les victimes d'abus sexuels

Par Thibaut Lehut, France Bleu vendredi 14 octobre 2016 à 11:33

Outre la prière, les 120 évêques de France sont invités à jeûner ce jour-là.
Outre la prière, les 120 évêques de France sont invités à jeûner ce jour-là. © Maxppp -

Une "journée de prière et de pénitence" pour les victimes d'abus sexuels sera organisée le 7 novembre, a annoncé ce vendredi la Conférence des évêques de France.

La Conférence des évêques de France (CEF) organise le 7 novembre une "journée de prière et de pénitence" pour les victimes d'abus sexuels. Une annonce effectuée ce vendredi, après des mois de révélations d'affaires de pédophilie dans plusieurs diocèses. Les 120 évêques français, réunis à Lourdes pour leur traditionnelle assemblée plénière d'automne, seront invités à jeûner ce jour-là.

Messe spéciale à Lourdes

Le Vatican est à l'origine de cette initiative. Le pape François en avait lancé le principe le 12 septembre dernier, mais la date et les modalités d'application avaient été laissées à la discrétion des conférences épiscopales des différents pays. Outre ces prières, une messe sera dite en fin de matinée à Lourdes pour ces victimes d'abus sexuels. Elle sera présidée par le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris. L'homélie sera prononcée par Mgr Luc Crepy, responsable de la nouvelle Commission permanente de lutte contre la pédophilie (CPLP) de l'épiscopat.

Entre "80 et 100" signalements depuis six mois

La journée prendra une dimension particulière en France, touchée depuis plusieurs mois par des révélations en chaîne d'affaires de pédophilie ou d'abus sexuels impliquant des prêtres. L'emblématique affaire du père Bernard Preynat, prêtre lyonnais soupçonné d'avoir abusé de plus de 60 jeunes scouts, a notamment terni l'image du cardinal Philippe Barbarin, en poste à Lyon.

La CEF a d'ailleurs expliqué avoir reçu "entre 80 et 100" courriels de victimes ou témoins sur l'adresse mail créée il y six mois. La plupart au sujet d'abus sexuels antérieurs à 1970 et attribués à des prêtres décédés.

Partager sur :