Société

L'Eglise de Scientologie visée par une enquête après la plainte d'employés d'une entreprise

France Bleu jeudi 24 juillet 2014 à 17:18

En France, la Scientologie revendique 45.000 adeptes
En France, la Scientologie revendique 45.000 adeptes © MaxPPP

Le parquet de Versailles a ouvert une enquête préliminaire visant l'Eglise de Scientologie pour "harcèlement moral" et "abus de faiblesse", a-t-on appris mercredi. Douze salariés d'une entreprise ont porté plainte : selon eux, des formations dispensées par des scientologues leur ont été imposées. La plainte évoque des faits de "sujetion psychologique".

"L'auditeur doit s'asseoir face à face avec une autre personne (...) et ne plus bouger (...) pendant une durée de deux heures " : voilà l'un des exercices auxquels auraient dû se plier les entreprises de la société Arcadia, basée dans les Yvelines, durant des formations dispensées par des membres de l'Eglise de Scientologie. Douze employés de cette entreprise ont porté plainte contre leur PDG , contre plusieurs formateurs ainsi que contre l'association spirituelle, désignée par plusieurs rapports comme une secte. 

Le parquet de Versailles a donc ouvert une enquête préliminaire visant l'Eglise de Scientologie, pour "harcèlement moral" et "abus de faiblesse" . L'enquête est confiée à la cellule d'assistance et d'intervention en matière de dérives sectaires. Ils vont tenter de déterminer si "les formateurs scientologues ont infiltré la société dans le seul but de la piller financièrement, pour leur profit personnel et celui de la Scientologie ", comme l'affirme l'avocat des plaignants, Me Olivier Morice. 

"Dénigrement de l'équipe commerciale"

En tout, un à deux millions d'euros auraient été détournés selon lui . Outre ce préjudice financier pour l'entreprise spécialisée dans l'aménagement de combles et d'extensions de maisons, qui emploie 90 salariés en France, les plaignants dénoncent une "sujétion psychologique " et un "dénigrement de l'équipe commerciale " : les commerciaux auraient été traités "d'enfants gâtés " ou de "pisseuses en chaleur " , et forcés à lire "Alice aux Pays des Merveilles " au cours des sessions de formation. 

"Ces exercices ont été imposés non pas pour que les salariés travaillent mieux mais dans le but de les asservir et de les inféoder ", selon Me Morice. C'est le PDG de l'entreprise, membre de la Scientologie , qui aurait choisi en 2008 de réorganiser son entreprise en s'appuyant sur des formateurs appartenant, selon les plaignants, à cette organisation. En octobre 2013, les deux structures de la Scientologie à Paris ont été condamnées à des amendes pour "escroquerie en bande organisée".