Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'église du Sacré Cœur est à vendre à Valenciennes

-
Par , France Bleu Nord

Depuis une dizaine d'années, une centaine de biens de l'église catholique ont été vendus, faute de moyens. Le diocèse de Cambrai a décidé de se séparer de l'église du Sacré Cœur et de lancer une souscription pour l'église Saint-Michel. Les paroissiens sont partagés.

L'église du Sacré Coeur est à vendre
L'église du Sacré Coeur est à vendre © Radio France - Rafaela Biry Vicente

Valenciennes, France

Le diocèse de Cambrai a fait ses comptes : impossible de financer la rénovation de l'église Saint-Michel, estimée à 1,2 millions d'euros, et ceux de l'église du Sacré Cœur, 1 million d'euros supplémentaires, sans compter la sécurisation de son presbytère, l'entretien de la chapelle et des salles, soit au total 2,6 millions d'euros. Alors que la réserve paroissiale immobilière est de 1,4 millions d'euros.  

Le curé doyen de Valenciennes, Jean-Marie Launay, a donc du faire des choix : sauver l'église Saint-Michel, édifice emblématique de la ville avec son clocher à bulbes, en forme de tulipes, deux fois plus côtoyée que l'église du Sacré Cœur. Le diocèse a lancé d'abord une souscription pour rénover son clocher, et va vendre le Sacré Cœur et ses dépendances.

Pour sauver les deux églises il faudrait des legs extrêmement importants car même si les donateurs sont généreux, les ressources sont insuffisantes vu l'ampleur des besoins

Le reportage de Rafaela Biry-Vicente

Des fidèles partagés

Une décision annoncée à 800 fidèles lors d'assemblées générales. Forcément, l'idée de voir le bâtiment désacralisé a été difficile à entendre pour Didier et Marie Françoise qui s'occupent d'animer le Sacré Cœur depuis une vingtaine d'années, mais avec le temps ils se sont résignés.

C'est un crève cœur, parce qu'on avait nos habitudes, qu'il y a une certaine convivialité dans la communauté. C'est un déchirement, on est triste, mais on est résignés parce qu'on ne voit pas comment faire autrement - Marie Françoise

Didier Becart, co responsable de l'animation du Sacré Coeur compte bien s'occuper de son église jusqu'à la vente - Radio France
Didier Becart, co responsable de l'animation du Sacré Coeur compte bien s'occuper de son église jusqu'à la vente © Radio France - Rafaela Biry-Vicente

En revanche, 400 habitants et paroissiens ont signé une pétition pour dénoncer la vente de leur église. 

Pourquoi pas faire une souscription, des chantiers solidaires ou organiser des événements pour récolter des fonds, ça vaut le coup de se battre. C'est un lieu de culte, de moments de vie, baptêmes, communions, etc. et qu'on soit croyant ou non, les gens restent attachés à ce patrimoine - Pauline Bayart, à l'origine de la pétition

Mais pour l'abbé Launay, c'est peine perdue. En attendant la vente, la vie cultuelle continue. Marie Françoise a déjà programmé des baptêmes en mai. Ensuite, les fidèles iront à l'église Sainte Croix d'Anzin qui sera revitalisée, à quelques pas de Rubika, l'école du numérique. Le diocèse espère ainsi attirer des étudiants.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu