Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L’Eglise saisit le Conseil d’Etat contre l’interdiction de célébrer les messes pendant le confinement

-
Par , France Bleu

L’épiscopat français va déposer mardi 3 novembre un recours devant le Conseil d’État selon le Figaro. Les religieux ne comprennent pas que les écoles et certains commerces restent ouverts mais pas les églises pour la messe.

L'épiscopat avance pour son recours que les mesures sanitaires sont scrupuleusement respectées dans les églises.
L'épiscopat avance pour son recours que les mesures sanitaires sont scrupuleusement respectées dans les églises. © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

L’interdiction de célébrer des messes publiques dans le cadre du nouveau confinement indigne le président de la conférence des évêques de France. Mgr Éric de Moulins-Beaufort devrait déposer un recours devant le Conseil d’Etat, ce mardi 3 novembre , selon le Figaro (payant). La date d’audience pourrait être fixée avant la fin de cette semaine.

Aucun cluster dans les églises depuis la reprise du culte

De nombreux évêques français ne supportent pas cette interdiction alors que les écoles et certains commerces restent ouverts. Par ailleurs, il n’y a eu "aucun cluster dans toutes les églises du territoire depuis la reprise des cultes" par une application stricte et scrupuleuse des mesures d’hygiène pendant les célébrations, a rappelé Mgr Aupetit, l’archevêque de Paris, sur franceinfo.

La liberté de culte

Déjà en mai dernier, le gouvernement avait dû revoir l’interdiction des lieux de cultes après la décision le 18 mai, du juge des référés du Conseil d’Etat qui avait été saisi par des associations catholiques lors du premier confinement. La plus haute des juridictions administratives avait reconnu que "la liberté du culte présente le caractère d’une liberté fondamentale" et qu’elle comportait "parmi ses composantes essentielles le droit de participer collectivement à des cérémonies en particulier dans les lieux de cultes". 

Pas de case pour aller prier sur l’attestation

Cette liberté est une nouvelle fois bafouée dans le décret de confinement du 29 octobre 2020 selon l'épiscopat. Il dénonce "une atteinte grave" pour "ne pas avoir prévu dans les formulaires de circulation", la possibilité même de se rendre dans un "lieu de culte", ne serait-ce que pour y prier. "La limitation d’un kilomètre et d’une heure quotidienne favorise les habitants des grandes villes qui souhaiteraient entrer dans une église au détriment de ceux des campagnes" écrit le Figaro (payant). 

Une pétition et sept autres recours

Sept autres recours ont déjà été déposés séparément au Conseil d’État, en fin de semaine dernière, par plusieurs associations catholiques et par cinq évêques pour réclamer la levée de l’interdiction des célébrations publiques. Cette démarche s'accompagne d'un plaidoyer d’évêques et d’intellectuels pour lever l’interdiction des messes publié également dans Le Figaro (payant). Enfin, la pétition en ligne "pourlamesse.fr" a réunit plus de 69.000 signatures en 4 jours.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess