Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'élu toulousain Romain Cujives loue-t-il un appartement insalubre dans le quartier Bonnefoy ?

-
Par , France Bleu Occitanie

Le conseiller municipal et colistier d'Archipel Citoyen aux municipales à Toulouse possède un petit T2 dans un immeuble délabré qu'il loue à une maman sans ressources. Il dit tout faire pour qu'elle y vive dans les meilleures conditions.

C'est dans cet immeuble du quartier Bonnefoy, à Toulouse, que l'élu Romain Cujives loue un appartement à une maman sans ressources
C'est dans cet immeuble du quartier Bonnefoy, à Toulouse, que l'élu Romain Cujives loue un appartement à une maman sans ressources © Radio France

C'est une histoire embarrassante pour un candidat aux élections municipales à Toulouse. Surtout quand on figure à la 7ème place sur la liste d'Antoine Maurice et d'Archipel Citoyen, très à cheval sur la question du logement. Dans une enquête publiée ce mardi 11 février, nos confrères de Médiacités révèlent que le conseiller municipal et métropolitain possède un appartement dans un immeuble délabré du quartier Bonnefoy, derrière la gare Matabiau, qu'il loue à une maman sans ressources. France Bleu Occitanie a visité l'immeuble en question.

Cave et paliers squattés, moisissure et murs décrépis

Des boîtes aux lettres défoncées, la porte d'entrée qui ne ferme plus, l'odeur de moisissure et les murs décrépis, des portes et fenêtres condamnées par des plaques de métal. Voilà le décor quand on entre dans cet ensemble de 18 appartements. Et au 2ème et dernier étage, sous les combles, le studio de Thomas. "C'est le dégât, la cave a été squattée, mon palier d'1m² aussi, par des SDF pendant un mois et demi. Ils avaient posé un matelas du coup on était obligés de les enjamber pour sortir de chez moi."

Les mûrs décrépis et les portes fracturées dans l'entrée de cet immeuble du quartier Bonnefoy, à Toulouse - Radio France
Les mûrs décrépis et les portes fracturées dans l'entrée de cet immeuble du quartier Bonnefoy, à Toulouse © Radio France
La majorité des 18 appartements de cet immeuble a été rachetée par l'Etablissement public foncier local (EPFL) avant destruction de l'ensemble dans le chantier du Grand Matabiau  - Radio France
La majorité des 18 appartements de cet immeuble a été rachetée par l'Etablissement public foncier local (EPFL) avant destruction de l'ensemble dans le chantier du Grand Matabiau © Radio France
La porte d'entrée de l'immeuble ne ferme plus et les paliers sont régulièrement squattés - Radio France
La porte d'entrée de l'immeuble ne ferme plus et les paliers sont régulièrement squattés © Radio France

Cet immeuble doit être détruit pour la construction du futur quartier d'affaires du Grand Matabiau. Alors la majorité des appartements a été rachetée par l'Établissement public foncier local (EPFL) du Grand Toulouse. Parmi ceux qui n'ont pas encore vendu, Romain Cujives. L'élu possède un petit T2 de 29m² depuis 2010, qu'il loue depuis 3 ans à sa locataire actuelle. 

"Jamais ces 3 dernières années cette dame ne m'a fait part d'une difficulté", explique le conseiller municipal. Selon lui, la locataire a évoqué une seule fois un problème sur une prise électrique, "un électricien était devant son appartement une demi-heure après et lui proposait de changer l'intégralité du système électrique."

Une locataire absente, un appartement saccagé

Sauf que la locataire n'a plus donné de nouvelles pendant des mois, malgré la trentaine de messages que Romain Cujives lui a envoyés entre décembre 2018 et avril 2019. Plus aucune nouvelle jusqu'à l'été dernier, lorsque l'Agence départementale d'information sur le logement l'a contacté. L'association avait été alertée sur l'insalubrité de l'appartement, et avait reçu la locataire. Le propriétaire explique avoir retrouvé le logement "_saccagé_". Il décrit, "Papier peint arraché, saleté, prises arrachées, etc.", et occupé par "des personnes sans aucun lien contractuel" lui, des proches du mari de la locataire.

Une trentaine de messages, envoyés par l'élu à sa locataire entre décembre 2018 et avril 2019, pour mener des travaux dans l'appartement. Sans réponse. - Radio France
Une trentaine de messages, envoyés par l'élu à sa locataire entre décembre 2018 et avril 2019, pour mener des travaux dans l'appartement. Sans réponse. © Radio France
Une trentaine de messages, envoyés par l'élu à sa locataire entre décembre 2018 et avril 2019, pour mener des travaux de rénovation. Sans réponse. - Radio France
Une trentaine de messages, envoyés par l'élu à sa locataire entre décembre 2018 et avril 2019, pour mener des travaux de rénovation. Sans réponse. © Radio France

Malgré cela, l'élu a payé 5 600 euros de travaux de rénovation. Il aurait même proposé aux proches de cette dame de leur payer un hôtel dans le centre de Toulouse. "La locataire a signalé que l'appartement était entièrement rénové, qu'il était en parfait état et qu'elle s'engageait à le maintenir en parfait état." Depuis il n'a pas eu écho de problème. Le candidat aux municipales le martèle, il n'y a pas de conflit entre sa locataire et lui. En le disant à demi-mot, il suspecte la boule puante à un mois des élections.

La facture que nous a envoyée Romain Cujives pour 5 600 euros de travaux menés dans l'appartement de Bonnefoy - Aucun(e)
La facture que nous a envoyée Romain Cujives pour 5 600 euros de travaux menés dans l'appartement de Bonnefoy
Une copie du mot qu'aurait signé la locataire et que Romain Cujives a envoyé à France Bleu Occitanie - Radio France
Une copie du mot qu'aurait signé la locataire et que Romain Cujives a envoyé à France Bleu Occitanie © Radio France

Le propriétaire explique par ailleurs qu'il a acheté l'appartement 66 000 euros en 2010. Il dit louer son appartement 430 euros par mois, un loyer qu'il a baissé, dit-il, pour aider sa locataire alors que son crédit lui coûte 483 euros par mois. L'élu a signalé à France Bleu Occitanie qu'il avait saisi son avocat après la diffusion de l'article de Médiacités.

Le reportage France Bleu Occitanie : l'embarrassant appartement de l'élu toulousain Romain Cujives dans un immeuble insalubre du quartier Bonnefoy

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu