Société

L'émotion dans la communauté arménienne après l'emploi du mot "génocide" par le Pape

Par Marc Podevin, France Bleu Drôme-Ardèche dimanche 12 avril 2015 à 15:28

Le pape François (ici en septembre 2014), a employé le terme de "génocide" pour décrire le massacre des arméniens au XXe siècle
Le pape François (ici en septembre 2014), a employé le terme de "génocide" pour décrire le massacre des arméniens au XXe siècle © MAXPPP - MAXPPP

Ce n'est qu'un mot, mais il signifie beaucoup pour la communauté arménienne de Drôme Ardèche. Pour la première fois, dimanche 12 avril, un pape a prononcé le mot "génocide" pour désigner le massacre des Arméniens entre 1915 et 1917. François l'a utilisé lors d'une messe pour les fidèles de rite catholique arménien, célébrée à l'occasion des cent ans du génocide.

"Au siècle dernier, notre famille humaine a traversé trois tragédies massives et sans précédent. La première, qui est largement considérée comme "le premier génocide du vingtième siècle" a frappé votre peuple arménien" . Ces mots, prononcés ce dimanche 12 avril par le Pape François au Vatican, ont suscité l'émoi dans la communauté arménienne de Drôme Ardèche.

C'est la première fois qu'un souverain pontife prononce le mot de "génocide" à propos des massacres d'Arméniens qui ont eu lieu entre 1915 et 1917. En 2001, Jean-Paul II l'avait déjà employé, mais seulement par écrit. Pour les 10 à 12.000 personnes d'origine arménienne vivent dans la Drôme et en Ardèche, d'après la Coordination des organisations arméniennes Drôme Ardèche, c'est un événement.

Des larmes versées à l'église Arménienne

À Valence, la messe de dimanche matin, à l'église arménienne, a ainsi pris un caractère exceptionnel. Des fidèles ont informé le prêtre de la nouvelle, avant le début de l'office. Ce dernier a annoncé à son tour l'évènement lors de son homélie, commentaire qui suit la lecture d'un texte sacré. Dans l'assistance, certains n'étaient pas au courant. Des larmes ont été versées, assure le père Antranik Maldjian, qui déborde de gratitude envers le Pape François.

Reconnaissance génocide Vatican/SON

Les Arméniens estiment que 1,5 million des leurs ont été tués entre 1915 et 1917 , à la fin de l'empire ottoman, dont est issu l'actuelle Turquie. De nombreux historiens et plus d'une vingtaine de pays, dont la France, l'Italie et la Russie, ont reconnu un génocide . La Turquie affirme pour sa part qu'il s'agissait d'une guerre civile, doublée d'une famine, dans laquelle 300 à 500.000 Arméniens et autant de Turcs ont trouvé la mort. Elle refuse catégoriquement d'employer le terme de "génocide".