Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'émotion du gendarme qui cherche une famille d'accueil à "Jump", son chien bientôt retraité

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Après avoir passé pratiquement toute sa vie comme "enquêteur", Jump, un berger malinois de 10 ans va bientôt prendre sa retraite. Son maître, gendarme à Saint-Philbert-de-Grand-Lieu en Loire-Atlantique, lui cherche une famille d'accueil qui soit capable d'adopter ce "vieux garçon". Témoignage.

"Jump" et son maître, l'adjudant David Fusard travaillent ensemble depuis 8 ans et à bientôt 10 ans, le berger belge malinois va prendre sa retraite.
"Jump" et son maître, l'adjudant David Fusard travaillent ensemble depuis 8 ans et à bientôt 10 ans, le berger belge malinois va prendre sa retraite. © Radio France - Florian Cazzola

Lorsque l'adjudant David Fusard ouvre la grille du chenil de la gendarmerie de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, les aboiements l’obligent à hausser la voix. "Ça c'est Jump, berger belge malinois de 10 ans, 29 kilos, qui va bientôt partir à la retraite et que je ne peux malheureusement pas garder à la maison", débite, un brin triste, le militaire lorsqu'il atteint le troisième box. Après huit ans de bons et loyaux services, "Jump" va quitter la caserne et son maître lui cherche activement une famille d'accueil. Et si les candidats sont nombreux pour adopter ce chien "très affectueux", son maître ne le confiera pas à n'importe qui. La raison : "c'est un vieux garçon, têtu et bien ancré dans son caractère et ses décisions."

"Jump" a détenu le record national de la plus grosse saisie d'argent

Dressé pour rechercher des munitions, des armes et des billets de banque lors des perquisitions ou des contrôles routiers, "Jump" présente de sacrés états de service. "Il a eu pendant quelques années le record national sur une seule saisie, confie fièrement l’adjudant David Fusard. Il a trouvé quasiment un million et demi d'euros sur une seule perquisition, à un même endroit."

Dans les brigades cynophiles, la tradition veut que "les chiens de travail deviennent des chiens de maison", comme l'explique le militaire. Le sous-officier en a d'ailleurs adopté un qui a aujourd'hui 14 ans et qui coule des jours paisibles à son domicile. "_A mon désarroi, je ne peux pas accueillir Jump à la maison parce qu'il ne s'entend pas du tout avec ses congénère_s, regrette-t-il. Et ça tourne systématiquement à la bagarre. Je pense que, plus jeune, il a du avoir un traumatisme avec un autre chien et aujourd'hui il ne comprend même pas qu'il puisse ne pas être seul." Après avoir essayé, en vain, le bouche à oreille, le sous-officier a eu l'idée de contacter la cellule communication de la gendarmerie de Loire-Atlantique qui a posté un message sur son compte Facebook, relayé par France Bleu Loire Océan. Et tout s'est accéléré. 

C'est pas évident, c'est un cap à passer. On s'en veut un petit peu entre guillemets car au départ quand on a le chien ce n'est pas l'option qu'on envisage.

En l'espace d'une journée, ce lundi, l’adjudant David Fusard a reçu une dizaine d'appels de personnes intéressées. "J'ai deux rendez-vous pour rencontrer des gens qui seraient potentiellement intéressés, confie ce maître de chien de la gendarmerie de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu depuis plus de 10 ans et qui ne laissera rien passer. Il faut qu'il soit dans un endroit qui lui plaira et qui me conviendra aussi si ça se passe bien pour lui. C'est pas évident, c'est un cap à passer. On s'en veut un petit peu, entre guillemets, car au départ quand on a le chien ce n'est pas l'option qu'on envisage."

"Jump" va bientôt partir à la retraite après huit ans au sein de la brigade cynophile de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, en Loire-Atlantique.
"Jump" va bientôt partir à la retraite après huit ans au sein de la brigade cynophile de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, en Loire-Atlantique. - Gendarmerie

"Ce n'est un humain mais c'est quand même un membre de ma famille"

Dans l'annonce publiée sur les réseaux sociaux de la gendarmerie, il est clairement stipulé que seul un foyer sans enfant et avec au moins un peu de terrain pourra convaincre son maître de le céder. "Je connais très bien le caractère de Jump, je sais ce qui est faisable avec lui je sais aussi ce qui ne l'est vraiment pas, lâche-t-il. C'est un chien qui n'aime pas être surpris, par exemple. C'est pour ça que je précise dans les critères : sans enfant. Étant moi-même papa, je sais que quand on demande aux enfants de ne pas faire quelque chose, souvent ils le font quand même." 

C'est mon chien quoi, ce n'est pas mois le propriétaire, officiellement c'est la gendarmerie mais je me considère officieusement comme son maître.

En attendant de partir à la retraite, "Jump" a encore quelques semaines de service à effectuer et quelques armes et billets de banque à dénicher. Mais déjà, l'émotion de l’adjudant David Fusard est palpable. "C'est mon chien quoi, ce n'est pas moi le propriétaire, officiellement, c'est la gendarmerie mais je me considère officieusement comme son maître, sourit le maître de chien. Je suis content de le voir le matin. Quand je pars en vacances, il me manque et quand c'est les retrouvailles, lui aussi est très content. Ce n'est un humain mais c'est quand même un membre de ma famille." Et il le restera dans le cœur du gendarme, malgré le départ imminent de "Jump".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess