Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'émouvant récit de "La petite reine de Kaboul" raconté par l'Orléanais Patrick Communal

jeudi 28 juin 2018 à 8:44 Par François Guéroult, France Bleu Orléans

Dans "La petite reine de Kaboul", Patrick Communal, ancien avocat à Orléans, raconte comment il a aidé une jeune femme afghane à obtenir le droit d'asile en France - Masomah, menacée parce qu'elle participait à des courses cyclistes en Afghanistan. Le livre sort aujourd'hui en librairie.

"Cette histoire est hors du commun, surtout pour un amoureux du vélo comme moi" - Patrick Communal
"Cette histoire est hors du commun, surtout pour un amoureux du vélo comme moi" - Patrick Communal © Radio France - François Guéroult

C'est un récit fort et une leçon d'humanité à la fois : "La petite reine de Kaboul" sort aujourd'hui aux éditions de l'Atelier. Un livre dans lequel Patrick Communal, ancien avocat à Orléans, raconte comment il aidé Masomah Ali Zada et sa famille à obtenir le droit d'asile en France - alors que leur vie était menacée en Afghanistan, parce que la jeune femme osait revendiquer le droit à faire... du vélo.

Des injures aux menaces

Tout a commencé en février 2016, lorsque Arte a diffusé un documentaire intitulé « les petites reines de Kaboul » sur des jeunes femmes afghanes qui pratiquent le cyclisme de compétition - alors que le vélo est là-bas d’ordinaire réservé aux hommes, elles doivent s’entraîner sous les injures et dans des conditions précaires. "Cette histoire de jeunes filles qui traversent les rues de Kaboul en essuyant des jets de canettes et sont parfois agressées pour aller s'entraîner sur une rocade, c'était quelque chose hors du commun, surtout pour un amoureux du vélo comme moi, explique Patrick Communal. Qui décide aussitôt d'entrer en contact avec "les héroïnes" du documentaire - Masomah et sa sœur Zhara - via Facebook. Au départ, il n'est pas question d'une demande d'asile. Mais les choses se précipitent : les injures deviennent des menaces de mort, avec un risque de mariage forcé pour Masomah voulu par son oncle, officier dans l'armée afghane. "Je lui ai dit que le mariage forcé pour nous est un crime, que ça relève du droit d'asile. Elle m'a répondu qu'elle ne quitterait pas le pays sans sa famille (ses deux parents, ses deux frères et sa sœur)."

Donner figure humaine aux réfugiés

C'est alors qu'a commencé le long parcours pour l'obtention, d'abord d'un visa, puis du droit d'asile en France accordé à la famille en décembre dernier. "La compassion pour les populations persécutées n'est pas le propre des préfectures, écrit Patrick Communal. Ça m'a contraint à faire un lobbying parlementaire assez intense." En revanche, un élan de solidarité s'est immédiatement enclenché autour de cette famille afghane lorsqu'il l'a installée dans une famille qui appartient à son fils en Bretagne, à Guéhenno (Morbihan) : "C'est assez extraordinaire parce qu'en plus, c'est un village dans lequel on n'a pas l'habitude de voir des réfugiés, fortement identifié dans son terroir. Les habitants m'ont vraiment scotché par leur générosité et leur disponibilité permanente."

C'est aussi l'ambition de ce livre : « Au travers de ce récit, nous souhaitons donner figure humaine à toutes ces personnes qui arrivent en Europe » écrit Patrick Communal. Qui précise : "On parle aujourd'hui des réfugiés avec des métaphores liquides -  on parle de flux, de vagues, de déferlantes - de manière tout à fait abstraite. Or tous ces gens ont une histoire personnelle, et le fait de raconter leur histoire, surtout si elle est belle, cela leur redonne une humanité. Et à partir du moment où cette humanité est restituée, nous pouvons entretenir avec eux des liens d'affection." Interview complète à écouter ici :

Patrick Communal était l'invité de France Bleu Orléans ce jeudi 27 juin

Patrick Communal sera en dédicaces ce vendredi 29 juin à 18h à la librairie "Les Temps modernes" à Orléans, en présence de Masomah et Zahra.