Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'enclave espagnole de Llívia en Cerdagne lance un projet de centre thermal

lundi 5 novembre 2018 à 21:54 Par Sébastien Berriot, France Bleu Roussillon

L'enclave espagnole de Llívia dans les Pyrénées françaises n'a pas traîné après la découverte d'eau chaude sulfureuse dans son sous-sol. La municipalité annonce l'ouverture pour avril 2019 d'un centre thermal récréatif avec des bassins naturels. Les visiteurs pourront profiter d'une eau à 45 degrés.

Le maire de LLívia sur le site du futur centre thermal
Le maire de LLívia sur le site du futur centre thermal © Radio France - Sébastien Berriot

Après de premières recherches menées dans le sous-sol de Llívia, les ingénieurs de la Généralité de Catalogne dépêchés depuis Barcelone ont confirmé la présence dans les profondeurs de l'enclave espagnole d'une eau sulfureuse à une température de 45 degrés. Les relevés ont été réalisés à 250 mètres sous terre dans un parc municipal situé au sud de l'enclave, le parc San Guillem.

Tout s'est fait très rapidement

Une découverte inespérée qui a fait réfléchir le maire de Llívia. Elies Nova n'a pas tardé en annonçant un projet de centre thermal récréatif, sur le modèle des bains naturels que l'on connait déjà en Cerdagne et Haut-Conflent à Llo, Dorres et Fontpédrouse . Des sites qui connaissent un gros succès pendant la saison hivernale. De nombreux skieurs viennent en effet se relaxer dans les bassins chauds après leur journée de ski.

C'est vraiment une bonne nouvelle pour Llívia qui va pouvoir augmenter sa fréquentation touristique grâce à ces thermes. (maire de Llívia)

Les choses vont vite en Espagne et en Catalogne. Alors qu'en France pour monter un tel dossier il faut plusieurs années, là, la mairie de Llívia a obtenu toutes les autorisations en moins de six mois de la part de la Généralité. 

Trois bassins et une grande piscine

Les travaux doivent démarrer en janvier. Un forage sera réalisé dans le parc. Des canalisations seront mises en place. La mairie de Llívia prévoit la construction de trois bassins et d'une grande piscine.  Le site  aura une capacité totale de 80 personnes. Le maire se montre optimiste sur le débit de l'eau, suffisant pour faire fonctionner tous les bassins.

Le nouveau centre thermal de l'enclave espagnole va venir concurrencer les autres sites situés côté français dans les Pyrénées-Orientales. Même si la maire de Dorres, Sylvie Candau ne se montre pas trop inquiète :

"On va d'abord voir à quoi ressemble le projet avant de s'affoler. Je pense qu'il y a une place pour chacun. Une structure supplémentaire, ça peut apporter un plus pendant la saison de ski. Pendant l'inter-saison, il faudra être plus inventif pour faire face à cette nouvelle concurrence." (maire de Dorres)

Les sites français et le nouveau centre thermal de Llívia vont notamment se disputer la clientèle espagnole qui vient nombreuse chaque hiver en Cerdagne en provenance de Barcelone. La ville de Llívia passe pendant la saison hivernale de 1.500 à 8.000 habitants.

En principe, les premiers visiteurs pourront venir se prélasser dans les eaux sulfureuses de Llívia un petit peu avant la Semaine sainte au mois d'avril. Dans ce projet 100% public, la municipalité de l'enclave investit 300.000 euros.

Reportage à Llívia de Sébastien Berriot

Le site de LLívia devrait ressembler à celui de Saint Thomas sur la commune de Fontpédrouse - Radio France
Le site de LLívia devrait ressembler à celui de Saint Thomas sur la commune de Fontpédrouse © Radio France - Sébastien Berriot