Société

L'engouement des tiers-lieux en Creuse

Par Valérie Mosnier, France Bleu Creuse mercredi 9 novembre 2016 à 18:00

Pascal Desforges, de l'Agence Retiss, lors de la réunion participative pour trouver le nom de "la Palette", le futur tiers-lieu de Dun-le-Palestel
Pascal Desforges, de l'Agence Retiss, lors de la réunion participative pour trouver le nom de "la Palette", le futur tiers-lieu de Dun-le-Palestel - Centre d'animation du Pays-Dunois

C'est un phénomène qui prend de la l'ampleur en Creuse depuis maintenant un peu plus d'un an. Les tiers-lieux ont le vent en poupe. Le plus connu c'est La Quincaillerie Numérique lancée par le Grand Guéret mais de plus en plus de collectivités s'y mettent, dernier en date le Pays-Dunois.

C'est un concept qui est très tendance en ce moment en Creuse, celui des tiers-lieux. Ce sont des lieux de partage et de rencontre pour tous les habitants d'un territoire, entre le domicile et le travail, comme pouvait l'être le café. Aujourd'hui, de plus en plus de collectivités veulent avoir le leur. L''exemple le plus abouti est celui de La Quincaillerie Numérique à Guéret lancée il y a plus d'un an par l'Agglomération du Grand Guéret, mais il y a aussi La Boutique à Boussac, Lavaveix-les-Mines, le Lab'Rousse à Croze ou encore La Renouée à Gentioux. Le dernier en date c'est La Palette, projet porté par le centre d'animation de la communauté de communes du Pays-Dunois.

Pourquoi un tel développement ?

Les tiers lieux sont l'avenir des territoires ruraux, selon Pascal Desfarges. Ce Nantais dirige l'Agence Rétiss, spécialisée dans l'accompagnement numérique : "Les gens sont en profonde fragilité sociale aujourd'hui et ils ont besoin de parler, de se retrouver, d'échanger et puis nous sommes en train de passer d'un monde hiérarchique à un monde collaboratif". Et puis en Creuse, "il y a une culture de la résistance et un tiers-lieu est un lieu de résistance... résistance à la fracture sociale, résistance à l'individualisme forcené et du coup ça prend très très bien."

Et puis, il y a aussi un intérêt économique pour les collectivités. "A Lavaveix-les-Mines, où l'économie est en perdition c'est un moyen de renouveler l'économique, d'attirer aussi des chefs d'entreprise qui viennent de grandes villes et qui veulent changer de vie'" poursuit Pascal Desfarges. Un peu comme les maisons de santé pour les médecins, les tiers lieux sont des "pools de services, de connaissances, un moyen de partager, de mutualiser et ça permet à des gens totalement improbables de se rencontrer et peut-être imaginer des projets très innovants pour le territoire."

Ici, il y a vraiment une hyper-sensibilité à l'idée de se réunir pour résister au sens noble du terme - Pascal Desfarges, Agence Rétiss

A Dun-le-Palestel, La Palette est en phase d'expérimentation :" C'est l'histoire du territoire et des rencontres avec des gens qui ont des envies et des besoins" explique la directrice du centre d'animation du Pays Dunois, Marion Bergognon.

Les habitants de la communauté de communes du Pays-Dunois, jeunes et plus âgés, élaborent ensemble le projet de tiers-lieu "La Palette" - Aucun(e)
Les habitants de la communauté de communes du Pays-Dunois, jeunes et plus âgés, élaborent ensemble le projet de tiers-lieu "La Palette" - Centre d'animation du Pays-Dunois

Pour ce faire, une première réunion d'information était organisée ce mardi pour les professionnels indépendants et les télétravailleurs. L'objectif était de les écouter sur la création d'un espace de co-*working, un espace de travail partagé au sein du tiers-lieu* : partage de matériels, mais aussi d'expériences.

"Moi, je me trouve assez seule dans mon métier, tout mettre en place... Et du coup, un espace comme ça peut vraiment nous permettre d'avoir une entraide entre différentes personnes qui ont des compétences", résume Emilie Blanc, esthéticienne-masseuse à Dun-le Palestel. Elle est venue assister à la présentation pour en savoir plus comme Alice Berger, fraîchement diplômée d'un master édition professionnelle : "Je suis maquettiste éditoriale, donc je mets en page des ouvrages et je travaille pour des maisons d'édition. J'ai monté ma micro-entreprise, chez mes parents. Si je pouvais récupérer un local ça m'intéresserait, travailler avec d'autres gens aussi, même s'ils ne sont pas du même milieu c'est toujours intéressant et on apprend toujours beaucoup."

Le tiers-lieu n'est pas réservé aux jeunes

A première vue, le tiers-lieu peut sembler être une histoire de jeune génération, qui a baigné dans l'informatique et les technologies du numérique. Mais, les séniors ont toute leur place , ils sont un atout in*siste Pascal Desfarges* : "un tiers-lieu favorise la connexion entre les gens, et on a un certains nombre de séniors qui sont isolés, mais qui ont un passé. Ces gens ont des compétences, d'extraordinaires compétences et des expériences de vie." Des expériences à partager avec les jeunes générations, les jeunes créateurs avec des avantages dans les deux sens : "c'est vraiment un outil pour que les séniors s'expriment et aident les jeunes à s'installer, à comprendre aussi la culture locale et à l'inverse il va apprendre que le monde est en train de bouger, qu'il y a des nouveaux modèles."

La prochaine réunion autour de l'espace de co-working aura lieu la semaine du 12 au 16 décembre.