Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'entraîneur légendaire de l'AS Saint-Etienne Robert Herbin est décédé à l'âge de 81 ans

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu

Hospitalisé à Saint-Etienne depuis une semaine, Robert Herbin, l'entraîneur légendaire de la grande époque des Verts, est décédé lundi soir à l'âge de 81 ans.

Robert Herbin avait 81 ans.
Robert Herbin avait 81 ans. - Maxppp

C'est Jacques Vendroux qui l'annonce ce lundi. Hospitalisé à Saint-Etienne depuis une semaine, Robert Herbin est décédé lundi soir à l'âge de 81 ans. L'entraîneur légendaire de l'AS Saint-Etienne était très fatigué et souffrait de problèmes cardiaques. Son état était jugé préoccupant. Depuis l'annonce de son hospitalisation par son capitaine de l'époque Jean-Michel Larqué vendredi sur RMC, les messages de soutien ont afflué pour celui qui reste l'emblème de la grande époque des Verts, en tant que joueur puis surtout comme entraîneur.

Un des plus beaux palmarès du foot français

Pendant plus d'une décennie, l'AS Saint-Etienne a régné sur le football français, remportant dix titres de champion entre 1957 et 1981. Né à Paris, formé à Nice, Robert Herbin a remporté neuf titres avec les Verts, six comme joueur et quatre comme entraîneur. Il confira à la fin de la saison 81 que ce dernier titre était "peut-être le plus beau car le plus dur à conquérir", devant le FC Nantes, à la toute dernière journée. Et puis, il y a bien sûr la finale de la coupe d'Europe 76 perdue contre le Bayern Munich à Glasgow, l'apogée de la grande époque des Verts, même si, pour Robert Herbin, le meilleur souvenir de l'épopée restera le quart de finale retour à Geoffroy-Guichard et la qualification des Verts arrachée au Dynamo Kiev après prolongation. 

Robert Herbin représente aujourd'hui encore un des plus beaux palmarès du football français. Le milieu de terrain aux 23 sélections avec les Bleus est toujours resté fidèle à son club. Passé manager, il entraîne par la suite le voisin lyonnais, en Arabie Saoudite et à Strasbourg, avant de revenir à l'ASSE. Robert Herbin a une dernière expérience aux commandes du Red Star au début des années 90 avant de raccrocher et de vivre reculé sur les hauteurs de Saint-Etienne.

Un homme à part, travailleur et réservé

Robert Herbin était une personnalité, un personnage public qui, avec ses joueurs et le président de l'AS Saint-Etienne à l'époque Roger Rocher, ont marqué l'histoire du foot français. Mais sa personnalité au sens propre du terme interrogeait. Certains le disaient dur. Voilà ce qu'il répondait. "Certains ont que j'étais un tortionnaire. C'est exagéré. Ce qui se fait à Saint-Etienne d'abord c'est un travail sérieux et constant. Je crois que c'est un petit peu ce qui a permis à Saint-Etienne d'obtenir des résultats jusqu'à présent."

"Les reportages auraient tendance plutôt à faire de tel ou tel joueur une vedette ce qui ne serait pas très bon pour l'équilibre de l'équipe."

Robert Herbin était exigeant, travailleur, à l'image de la ville de Saint-Etienne et de son passé minier. L’entraîneur légendaire des Verts préférait garder ses distances avec les médias, pour lui et ses joueurs. "Je crois que ça perturbe les joueurs. Les reportages auraient tendance plutôt à faire de tel ou tel joueur une vedette ce qui ne serait pas très bon pour l'équilibre de l'équipe." Herbin a été surnommé le _Sphinxcar il avait cette capacité assez rare à garder son calme sur le banc de touche. Encore aujourd'hui, des Stéphanois l'appellent affectueusement Roby_, tout comme ses joueurs de l'époque qui, pour certains, parlent aussi d'un homme solitaire qui avait trouvé refuge sur les belles collines vertes de Saint-Etienne.

Herbin se souvient de son arrivée dans le Forez

Le 17 mars 1976 à Saint-Étienne, alors que les Verts disputent la plus belle saison de leur histoire, Jacques Chancel interview dans _RadioscopieRobert Herbin, juste avant le quart de finale retour épique gagné contre Kiev. Une interview au cours de laquelle l'entraîneur des Verts revient sur son arrivée à Saint-Étienne. "Lorsque je suis arrivé j'avoue avoir été dépaysé par la région. D'abord j'ai vécu à Paris très jeune, ma jeunesse je l'ai passée à Nice. Et j'avoue que lorsque je me suis retrouvé parachuter à Saint-Etienne je n'arrivais à imaginer qu'une ville puisse se trouver dans les terres. J'avais toujours imaginé les villes près des mers. C'était quelque chose, une image des villes que je me faisais. Mais rapidement le football a pris l'ascendant. Et finalement je n'ai pensé qu'à une seule chose, à essayer de mener une carrière équilibrée, pleine d'ambition avec les sacrifices que ça demande et les grandes satisfactions que j'ai obtenu."_

Extrait du 17 mars 76 dans lequel Jacques Chancel interview Robert Herbin avant le match retour contre Kiev.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess