Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

L'épicerie d'Ailly-le-Haut-Clocher prépare les courses des soignants pour leur éviter la queue

-
Par , France Bleu Picardie

Les supermarchés de grandes enseignes vont désormais proposer des caisses prioritaires pour les soignants, sur présentation d'un justificatif d'employeur. Dans la petite épicerie d'Ailly-le-Haut-Clocher, c'est déjà le cas depuis des jours. La gérante prépare à l'avance les emplettes des soignants.

L'épicerie d'Ailly-le-Haut-Clocher.
L'épicerie d'Ailly-le-Haut-Clocher. - Google street view

L'ensemble du personnel soignant, en première ligne dans la lutte contre la pandémie de coronavirus, bénéficie désormais d'un accès prioritaire dans une grande partie des enseignes de la grande distribution, Carrefour, Auchan, Lidl ou Système U. Dans la campagne samarienne, on n'a pas attendu les grands supermarchés. L'épicerie d'Ailly-le-Haut-Clocher, un peu moins de 1000 habitants entre Amiens et Abbeville, propose déjà depuis la semaine dernière de préparer les courses pour le personnel soignant

"Ils ont tellement de travail, ils méritent qu'on s'occupe d'eux"

Sophie Boutté et son mari, les gérants cherchaient un moyen d'aider les infirmières libérales, et les ambulanciers, qui se démènent depuis des jours sur la commune :  "Ils ont tellement de travail, il faut bien qu'ils fassent leurs courses et je ne vais pas leur demander de faire la queue. Je donne mon numéro de portable, pour qu'ils puissent me contacter et du matin au soir, je me mets à leur disposition dans la demi-heure". 

Ils méritent qu'on s'occupe d'eux, et de ne pas avoir à perdre du temps pour faire les courses à la fin de la journée

L'épicerie du haut clocher fournit déjà les employés d'une société d'ambulances, et Corinne, une infirmière libérale, qui apprécie beaucoup ce petit gain de temps sur sa journée : "J'ai 41 patients à voir dans la journée, e démarre à 6h le matin jusque 14h15, j'ai une pause d'une heure et demi pour faire tout le travail administratif et je reprend de 16h30 à 20h30. Franchement, je préfère me priver que faire la queue au supermarché. Là, tout est prêt quand j'arrive à l'épicerie, c'est vraiment une bonne idée".

Et comme dit la gérante du magasin, "applaudir les soignants aux fenêtres... c'est bien...  mais dans les petits villages, personne ne m'entends quand je suis sur le pas de ma porte à 20 heures le soir". Pour elle, c'est l'entraide entre voisins qui doit primer dans les campagnes, avec des initiatives comme la sienne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu