Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'essaimage des abeilles en avance en Côte-d'Or : attention aux idées reçues sur ces insectes !

lundi 15 avril 2019 à 21:37 Par Sophie Allemand, France Bleu Bourgogne

Avez-vous vu la vidéo de la voiture recouverte d'abeilles à Dijon ? Cela peut-être effrayant mais ce n'est pas dangereux, alors que faire des essaims d'abeilles en ville ? Certaines associations récupèrent et protègent ces petites bêtes si précieuses pour la biodiversité, comme SAGE à Dijon.

Des ruches de l'association SAGE à Dijon
Des ruches de l'association SAGE à Dijon © Radio France - Sophie Allemand

L'essaimage des abeilles est un peu en avance cette année. Vous avez peut-être vu cette vidéo qui circule sur internet depuis vendredi dernier : l'arrière d'une voiture recouverte d'un énorme essaim, un nuage d'abeilles

L'essaimage, c'est quand la ruche est pleine et se divise pour créer une autre colonie, la moitié de la colonie migre pour trouver un nouveau lieu d'habitat. Cela peut-être effrayant mais ce n'est pas dangereux. L'association SAGE pour la Sauvegarde des abeilles gardiennes de l'environnement intervient régulièrement chez les particuliers, et sensibilise le public à Dijon. Ils ont un numéro d'urgence à contacter.

Les idées reçues sur les essaims d'abeille 

Nous avons soumis quelques idées reçues à Philippe Leblon, membre actif de l'association SAGE. 

Philippe Leblon et Maurice Clément, membres de l'association - Radio France
Philippe Leblon et Maurice Clément, membres de l'association © Radio France - Sophie Allemand

Première idée reçue : ce n'est pas normal de tomber comme ça sur un essaim d'abeille en plein ville et c'est dangereux ...

"Bien sûr que c'est normal puisque c'est comme cela que les abeilles se divisent. Et cela veut dire que dans ce quartier là, quelqu'un a une ruche. Et là, la ruche est en bonne forme, les abeilles se sont divisées en deux de façon à pouvoir recréer une nouvelle colonie. Ce n'est pas dangereux si vous ne jouez pas au foot avec l'essaim. Si vous passez à côté et que vous ne les embêtez pas, elles vous ficheront la paix."

Deuxième idée reçue : De toute façon les abeilles aujourd'hui n'ont plus d'endroit pour s'installer en ville !

"Et bien non, on a tout un tas de gens qui ont des jardins, des plantes différentes. D'ailleurs nous on a l'habitude d'installer des abeilles en ville car on y a la bio-diversité qu'il y avait avant à la campagne. Il y a pleins de plantes et de fleurs différentes et cela dure plus longtemps que lorsque vous avez un immense champ de colza et plus rien après, pas de haie ni de petites fleurs. En fait en ville les abeilles se plaisent bien."

Troisième idée reçue : Quand on tombe sur un essaim d'abeille en ville, il faut appeler les pompiers pour le détruire ?

"Non surtout pas ! Il ne faut pas les exterminer car elles sont très utiles à notre biodiversité. Les jardiniers vous le diront : les abeilles sont extrêmement utiles pour polliniser les fleurs, quand vous avez un cerisier s'il a été pollinisé les cerises seront meilleures ... Donc aujourd'hui les pompiers ne se déplacent plus. Ils vous renverront vers des associations ou des apiculteurs : des gens respectueux des abeilles qui vont les récupérer."

SAGE : un numéro d'urgence à contacter pour une intervention gratuite

L'essaimage arrive un peu plus tôt car le printemps est arrivé en avance et va durer jusqu'à fin juin. Viendra ensuite le temps des récoltes, des visites et de la production de miel pour les membres de l'association. Ils sont disponibles au 06.09.45.60.00.

Et pour info, il n'est pas compliqué de différencier les abeilles des guêpes en dehors de leur aspect : les guêpes ne se déplacent pas en essaim, mais toujours protégées dans des œufs formés par une espèce de papier mâché naturel. 

Rencontre avec Maurice Chapuis, bénévole de l'association SAGE