Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'état du réseau de gaz parisien mis en cause par un élu parisien

lundi 14 janvier 2019 à 9:13 Par Martine Bréson, France Bleu Paris et France Bleu

Après l'explosion d'une boulangerie à Paris probablement dûe à une fuite de gaz, faut-il montrer du doigt l'état du réseau de gaz de la capitale ? "Oui", dit un élu parisien qui parle de vétusté. "Non", affirme GRDF qui précise que ce réseau est surveillé en permanence et rigoureusement contrôlé.

Intervention pour une fuite de gaz.
Intervention pour une fuite de gaz. © Maxppp - Vincent VOEGTLIN

Paris, France

Quel est l'état du réseau de gaz de Paris ? La question se pose après la spectaculaire et meurtrière explosion qui a soufflé une boulangerie, samedi, rue de Trévise dans le 9e arrondissement de Paris. Quatre personnes sont mortes, cinquante ont été blessées dont neuf gravement. Les dégâts sont très importants. L'enquête est toujours en cours mais cette explosion est probablement dûe à une fuite de gaz.  

Le réseau est vétuste affirme un élu parisien

Selon Alexandre Vespérini, conseiller d'opposition de Paris et membre de la commission supérieure du contrôle du gaz, le réseau de gaz de Paris est "vétuste" et dans un "état catastrophique". "Le réseau gazier à Paris, comme dans d'autres très grandes villes de France, est dans une situation défaillante, vieillissante, dans une situation de vétusté", affirme l'élu.

Invité de France Bleu Paris ce lundi matin à 07h45, Alexandre Vespérini affirme ne pas vouloir créer une polémique. Il se dit juste inquiet. Il raconte qu'il y a trois ans, son appartement dans le 6e arrondissement a été entièrement soufflé par une explosion dûe au gaz et qu'il a dû faire face aux assurances, "cette galère-là, je la connais".  Il précise que le réseau de gaz à Paris "reste une référence, simplement, ce réseau, il a vieilli. Vingt-sept ans d'âge moyen pour les canalisations, c'est un âge très élevé". 

Pourquoi, se demande aussi l'élu, si le réseau est en bon état, l'essentiel des investissements de GRDF va directement au renouvellement du réseau ?

Alexandre Vespérini indique qu'il y a "5 à 6.000 incidents qui ont lieu chaque année à Paris".   

Sur internet des pompiers témoignent aussi et disent redouter ce qui s'est passé samedi. "Le gaz dans les immeubles de Paris, c'est le pire cauchemar des secours", indique l'un d'eux.

Le réseau est surveillé et contrôlé en permanence précise GRDF

Pour connaitre les causes du drame de samedi, il faudra attendre les conclusions de l'enquête judiciaire en cours rappelle GRDF (Gaz réseau Distribution France) qui d'ores et déjà explique que "le réseau de gaz parisien fait l'objet d'une surveillance permanente et d'un contrôle rigoureux".

Cinquante millions d'euros sont investis tous les ans et quarante kilomètres de réseaux sont renouvelés sur le même période précise GRDF. La mairie de Paris tient le même discours et critique ceux qui font le parallèle entre l'effondrement d'un bâtiment à Marseille et l'explosion de la boulangerie de Paris.