Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'État va recruter deux "bataillons de la prévention" à Perpignan pour lutter contre la délinquance des jeunes

-
Par , France Bleu Roussillon

Parmi les 45 quartiers prioritaires de France choisis par l'Etat pour déployer les "bataillons de la prévention", deux se situent dans la capitale du Roussillon : le Champ-de-mars et le Centre-ancien. 600 éducateurs et médiateurs seront recrutés d'ici l'automne.

Incivilités dans le quartier du Champ-de-mars à Perpignan - Photo d'archives
Incivilités dans le quartier du Champ-de-mars à Perpignan - Photo d'archives © Maxppp - JEAN LUC BOBIN

D'ici quelques mois, des éducateurs et des médiateurs recrutés par l'État vont arpenter les rues de deux quartiers prioritaires de Perpignan : le Champ-de-mars et le centre-ancien (Saint-Mathieu, Saint-Jacques, la Real et Saint-Jean). Ces "bataillons de la prévention" auront pour mission de lutter contre la délinquance des jeunes : ils devront être visibles sur le terrain, investir les halls d'immeuble et nouer le contact avec la population. 

"Cela  va nous permettre d'aller chercher les jeunes en difficulté et de les reconnecter à ce qui fonde notre société avec une idée simple : l'écoute est tout aussi importante que la peur du gendarme", explique Nadia Hai, ministre déléguée chargée de la Ville. Dans une interview au Figaro, elle dit constater "une montée des violences" sur fonds de trafic de drogue, et plus récemment, "des groupes de jeunes qui ont décidé de s'entendre et qui lancent des appels sur les réseaux sociaux pour en découdre". 

Perpignan, seule ville de la région avec deux quartiers dans le dispositif

À l'échelle de la France, 45 quartiers prioritaires (répartis dans 28 départements) ont été sélectionnés pour le déploiement du dispositif. Ils ont été identifiés selon plusieurs critères, notamment le niveau de difficultés socio-économiques et le taux de décrochage scolaire.  Dans ces quartiers, trois jeunes sur 10 n'ont ni en emploi ni en formation, une famille sur deux vit en dessous du seuil de pauvreté et une sur cinq est monoparentale. 

Outre les phénomènes de bandes, la violence récente chez les jeunes se caractérise par une plus grande "féminisation" et de plus en plus de "comportements addictifs" et de violences auto-infligées, dont des suicides, selon la Ministre. Le renforcement de la médiation fait partie des objectifs du plan gouvernemental de lutte contre la violence chez les jeunes qui doit être adopté d'ici le 1er mai.

Perpignan est la seule ville de la région Occitanie à compter deux quartiers dans le dispositif. À Toulouse, seul le quartier du Mirail a été retenu, et à Montpellier le quartier de la Mosson. Pour l'ensemble du dispositif, l'État débloque 28 millions d'euros sur deux ans.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess