Société

L'ex-prison d'Avignon gardera 95% de ses murs pour s'ouvrir aux Avignonnais

Par Philippe Paupert, France Bleu Vaucluse lundi 3 octobre 2016 à 17:46

La future cour intérieure de l'ex-prison d'Avignon
La future cour intérieure de l'ex-prison d'Avignon - vue d'architecte Vincent Speller

La mairie d'Avignon a choisi l'architecte de la Caverne du Pont d'Arc pour réhabiliter l'ancienne prison d'Avignon. Le bâtiment est vide depuis 2003. Il accueillera bientôt des logements, des commerces, une friche culturelle et un jardin ouvert à tous les Avignonnais.

L'architecte de la Caverne du Pont d'Arc, la réplique de la grotte Chauvet à Vallon Pont d'Arc, va restaurer l'ancienne prison Saint Anne d'Avignon. Le bâtiment a fermé en 2003 lorsque le centre pénitentiaire du Pontet l'a remplacé. La mairie UMP voulait en faire un hôtel de luxe. Le projet a échoué.

"95% des murs sont conservées car les cellules voûtées avec des arcs double haut sont de grande qualité", Vincent Speller, architecte.

Un nouveaux projet

Aujourd'hui, la mairie socialiste confie la réhabilitation du site à un promoteur marseillais, celui qui a remanié la rue de la République de Marseille. La ville souhaitait des logements intergénérationnels, une friche artistique, des commerces de proximité. L'architecte clermontois Vincent Speller promet 68 logements, une Auberge de Jeunesse de 148 places, une friche culturelle de 927 m² et 75 places de stationnement.

Conserver les murs mais ouvrir des brèches dans l'ex-prison

La ville d'Avignon n'a pas encore expliqué aux habitants de la Banasterie comment leur quartier se transformera. Un collectif d'habitants dénonce ainsi un manque de concertation dans cet aménagement de l'ancienne prison d'Avignon.

"Il faut discuter de ce projet avec la population du quartier et hors les murs", Philippe Jaffre, collectif d'habitants.

Réhabilitation sans concertation avec les habitants du quartier

L'histoire de l'ex-prison Sainte Anne d'Avignon

La prison a été bâtie en 1864 à la place de l'ancienne Maison des Insensés de la Miséricorde, un hospice pour malade mentaux fermé deux ans plus tôt. Le bâtiment mesure 150 m de long, 60 m de large au pied du Rocher des Doms. Les prisonniers quittent les actuelles Archives du Palais des Papes pour des cellules en pierre de taille avec plusieurs cours. Pendant cent trente deux ans ans, hommes et femmes sont détenus à la Maison d’Arrêt et de Correction.

Le Jardin des Doms surplombe la prison et rassemble les crieurs, les familles qui viennent faire passer un message en hurlant aux détenus. Des prisonniers juifs y sont enfermés en secret avant d'être déportés en 1943 et 1944. Les détenus sont définitivement transférés au Pontet. La mairie UMP rachète la prison en 2009 et tente en vain d'y installer un hôtel de luxe.

En 2014, la collection Lambert installe des artistes contemporains du monde entier dans les cellules et les cours de la prison pendant l’été. Bientôt une friche culturelle cohabitera avec des commerces, des logements dans les anciennes cellules, un jardin dans les cours. L'architecte veut percer des brèches mais conserver 95% des murs de l'ancienne prison pour inventer une façon de vivre ensemble avec le quartier de la Banasterie.

Le projet de réhabilitation de l'ex-prison d'Avignon - Aucun(e)
Le projet de réhabilitation de l'ex-prison d'Avignon - vue d'architecte Vincent Speller

Partager sur :