Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'exclusion en débat à Avignon

samedi 5 novembre 2016 à 19:55 Par Boris Loumagne, France Bleu Vaucluse

Au parvis d'Avignon, une journée pour comprendre et combattre les différentes formes d'exclusion a eu lieu en ce premier week-end de novembre.

L'exclusion au centre du propos du film "Sous le pont d'Avignon"
L'exclusion au centre du propos du film "Sous le pont d'Avignon" - Photo-® Hugues Held

Avignon, France

En parler, c'est déjà commencer à trouver des solutions. Voilà pourquoi la problématique de l'exclusion était au centre des débats samedi 5 novembre au parvis d'Avignon. L'occasion d'entendre les témoignages de ceux qui vivent cet ostracisme social au jour le jour.

Et c'est à travers le film documentaire "Sous le pont d'Avignon" que la voix des sans-abris a brisé le silence de l'ancienne Chapelle des Italiens. Sa réalisatrice, Florine Clap, espère par là "donner la parole à ceux qui d'habitude sont exclus du champ social". L'objectif du documentaire est également "de questionner les spectateurs par rapport à leur propre perception" de l'exclusion.

Florine Clap, réalisatrice de "Sous le pont d'Avignon"

Une journée de réflexion où ceux qui luttent quotidiennement contre l'exclusion peuvent se rencontrer, dialoguer. Et parmi ces acteurs du monde associatif, on croise notamment Marie Leduc, la présidente du Groupe d'Entraide Mutuelle (GEM), une association qui lutte contre l'isolement de personnes souffrant de troubles psychiatriques, comme Marie.

Tardivement la maladie est entrée dans sa vie, apportant avec elle la solitude et l'exclusion. Et ce n'est que grâce au GEM qu'elle a de nouveau pu se sentir "comme dans une famille". L'association a été pour elle "un tremplin pour se remodeler à une vie à peu près sociale".

Portrait de Marie et Belkacem de l'association GEM

L'action et l’interaction sont à la base de l'association GEM, qui organise chaque année le Festival du film précaire. Il aura lieu à Avignon, du 18 au 20 novembre prochain.