Société

2.500 places supplémentaires pour l'hébergement d'urgence cet hiver en Ile-de-France

Par Philippe Thomain, France Bleu Paris Région et France Bleu mercredi 28 octobre 2015 à 16:00 Mis à jour le mercredi 28 octobre 2015 à 17:18

© Maxppp

2.500 places supplémentaires pour l'hébergement hivernal, dont une petite moitié à Paris. Elles seront mises en service dimanche 1er novembre. Elles s'ajouteront aux 67.000 places existantes en Ile-de-France utilisées à l'année pour loger les personnes en difficulté, a annoncé le préfet ce mercredi.

2.500 places supplémentaires d'hébergement hivernal seront mobilisables en Île-de-France, a annoncé ce mercredi le préfet. Des places mises en service à la fin de la semaine, dimanche 1er novembre. Ces hébergements hivernaux sont pour une petite moitié à Paris : 1.190 places. Ces places d'hébergement hivernal s'ajoutent aux 67.000 places existantes utilisées à l'année dans l'ensemble de la région Île-de-France, a annoncé, ce mercredi, le préfet d'Ile-de-France Jean-François Carenco. Durant l'hiver précédent, 2.200 places supplémentaires avaient été mobilisées en Île-de-France.

2.500 places hivernales, c''est sans tenir compte des gymnases pouvant être ouverts en cas de très grand froid, mais la préfecture ne les déclenche qu'en dernier recours, les personnes hébergées en gymnase ne pouvant pas être accompagnées socialement.


Ce plan hivernal prévoit aussi des maraudes de 20 heures à 5 heures avec bien sûr le Samu Social et des associations : Ordre de Malte, Emmaüs, Aurore, Aux captifs la libération... (la liste n'est pas complète). Des maraudes qui pourront être renforcées selon le nombre de signalements ou les températures ressenties.

2.500 places seront donc ouvertes au premier novembre, 300 autres places seront ouvertes un peu plus tard, 300 places à Paris, en bordure du Bois de Boulogne ainsi qu'à l'hôtel de l'Artillerie dans le 7ème arrondissement. Et la préfecture qui insiste sur un point : l'accueil des personnes en difficulté ne sera pas mis en danger par l'afflux ces derniers mois de réfugiés.