Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

L'Hérault à la pointe sur le renoncement aux soins

jeudi 5 avril 2018 à 11:49 Par Elena Louazon, France Bleu Hérault

Près d'une personne sur trois a déjà renoncé à se soigner dans l'Hérault. Pour lutter contre cette situation, l'Assurance maladie a lancé en 2016 un programme pilote dans le département.

Une personne sur trois a déjà renoncé à des soins médicaux d'après l'Assurance Maladie
Une personne sur trois a déjà renoncé à des soins médicaux d'après l'Assurance Maladie © Maxppp - Jean-François FREY

Hérault, France

Un Héraultais sur trois a déjà renoncé à se soigner en raison de problèmes d'argent ou de difficultés administratives. L'impact sur les individus est souvent lourd : sentiment de dévalorisation, aggravation des symptômes, isolement, etc. Pour lutter contre ce phénomène, l'Assurance maladie de l'Hérault travaille en partenariat avec des organismes, des associations, et des professionnels de santé du département pour permettre un retour aux soins.

Une plateforme pour favoriser l'accès

En mai 2016, la Caisse d'assurance maladie de l'Hérault est l'une des 22 à avoir été choisie par l'Assurance maladie pour tester la plateforme PFIDASS (Plate-Forme d'Intervention Départementale pour l'Accès aux Soins et à la Santé). Elle vise à detecter les personnes qui sont forcées de renoncer à des soins, et propose des soins adaptés, grâce à des partenariats.

Le rôle des associations partenaires, comme les Restos du cœur et le Secours Populaire est primordiale. Dans leur accompagnement quotidien, elles contribuent à repérer les personnes qui semblent refuser de se soigner et les oriente vers la plateforme. La détection se fait également directement dans les agences de l'Assurance maladie par les conseillers.

Après évaluation du dossier, les assurés les plus démunis sont pris en charge par un conseiller. L'accompagnement se fait dès les premières étapes administratives, jusqu'au tout premier rendez-vous médical.

Des motifs divers

Dans l'immense majorité des cas, le renoncement est dû à des problèmes financiers ou à des difficultés administratives pour faire valoir ses droits. Parfois, des craintes à l'égard des médecins ou la peur de quitter son domicile sont responsables.

Principaux motifs de renoncement aux soins d'après une enquête réalisée aux guichets des agences du Languedoc-Roussillon - Radio France
Principaux motifs de renoncement aux soins d'après une enquête réalisée aux guichets des agences du Languedoc-Roussillon © Radio France - Assurance Maladie de l'Hérault

Dans toutes ces situations, les patients sont accompagnés par un conseiller de l'Assurance maladie, qui va les aider à retrouver l'accès à leurs droits, obtenir des financements ponctuels, trouver une mutuelle adaptée à la situation médicale et financière, prendre rendez-vous chez le médecin, voire orienter vers un psychologue pour travailler sur les barrières psychologiques. 

Soins dentaires et ophtalmologiques sont les premiers concernés par le renoncement aux soins.

Type de soins principalement concernés par le renoncement, d'après une enquête menée aux guichets du Languedoc Roussillon - Radio France
Type de soins principalement concernés par le renoncement, d'après une enquête menée aux guichets du Languedoc Roussillon © Radio France - Assurance Maladie de l'Hérault

Depuis que le programme a été lancé au printemps 2016, près de mille personnes ont pu être soignées. Une majorité des dossiers concerne les femmes, célibataires, avec enfant, d'après les chiffres de l'Assurance Maladie pour l'année 2015.

  • Les femmes représentent 65,5% des dossiers
  • Les femmes seules ou seules avec enfant(s) représensentent 50,9% des dossiers
  • Les personnes sans emploi représentent 51,1% des dossiers

Face au succès, le dispositif a été étendu à toute la France en octobre 2017