Société

"L'homosexualité est une abomination" : deux responsables UMP demandent la condamnation de Christine Boutin

France Bleu jeudi 3 avril 2014 à 9:07 Mis à jour le jeudi 3 avril 2014 à 11:47

Christine Boutin a déclaré que "l'homosexualité est une abomination"
Christine Boutin a déclaré que "l'homosexualité est une abomination" © Maxppp

Florian Silncki et Sébastien Chenu, deux leaders de mouvements de l'UMP, appellent leur parti à condamner les propos de Christine Boutin. L'ancienne présidente du Parti chrétien-démocrate a déclaré dans une interview que "l'homosexualité est une abomination" selon elle. Des propos qui constituent "un délit pénal" selon les deux responsables UMP, soutenus par Jean-François Copé.

"Rien ne saurait excuser ou légitimer ces propos " : c'est ce que répondent à Christine Boutin deux reponsables de l'UMP, Florian Silncki, membre fondateur du collectif Nouvelle Donne, et Sébastien Chenu, secrétaire national du parti et fondateur du mouvement Gaylib. Les deux hommes "condamnent avec la plus grande sévérité " les propos de l'ancienne présidente du Parti Chrétien Démocrate : dans une interview au magazine politique Charles, celle-ci a qualifié l'homosexualité "d'abomination ". 

"L'homosexualité est une abomination. Mais pas la personne. Le péché n'est jamais acceptable, mais le pêcheur est toujours pardonné" — Christine Boutin dans le magazine Charles

Selon les deux responsables de l'UMP, "la description de l'homosexualité comme une abomination prouve une fois de plus l'homophobie profondément enracinée au coeur de la pensée de Mme Boutin ". Ils appellent leur parti à "condamner" les propos de Christine Boutin, et attendent aussi une condamnation pénale : "Ces déclarations choquantes ne sont pas une opinion mais un délit pénal. Christine Boutin doit être condamnée ", affirment-ils dans un communiqué commun. 

Copé et Riester condamnent les propos sur Twitter

Le député-maire de UMP de Coulommiers Franck Riester, secrétaire général adjoint du parti, a d'ores et déjà critiqué et condamné les propos de l'ancienne ministre du Logement, par l'intermédiaire de son compte Twitter :

Le président de l'UMP, Jean-François Copé, lui a emboîté le pas, en postant à son tour à la mi-journée un tweet pour condamner des propos qu'il qualifie comme "impardonnables " : 

Mots-clés :