Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'hôpital d'Alençon doit fermer son centre de vaccination pour les soignants par manque de vaccins

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Le centre hospitalier d'Alençon a fermé depuis ce mercredi matin son centre de vaccination réservé aux soignants, deux semaines après son ouverture. Il n'y a pas assez de vaccins, et l'ARS estime que les soignants ne sont plus prioritaires, s'indigne la cheffe du pôle médecine de l'hôpital.

L'hôpital d'Alençon, ce mercredi.
L'hôpital d'Alençon, ce mercredi. © Radio France - Marc Bertrand

L'hôpital d'Alençon a été obligé de fermer son centre de vaccination pour les soignants depuis ce mercredi matin, quinze jours seulement après son ouverture, tout simplement parce qu'il n'y a plus assez de vaccins : "On est évidemment indignés", s'exclame Sonia Cauchin, la cheffe du pôle médecine de l'hôpital. C'est elle qui a monté le centre de vaccination avec d'autres médecins. 

Les soignants ne seraient plus "prioritaires"

"L'ARS nous a demandé d'interrompre, mardi soir, pour aujourd'hui, le centre de vaccination d'Alençon", explique-t-elle. "Les personnes qui s'étaient inscrites pour se faire vacciner ne le seront pas. Les soignants qui interviennent auprès des personnes âgées par exemple ne sont plus considérées comme prioritaires, puisque faute d'un nombre suffisant de doses, elles seront réservées pour les séniors".

Les soignants qui interviennent auprès des personnes âgées par exemple ne sont plus considérées comme prioritaires

Environ un millier de soignants, des infirmiers, aides à domicile, aides soignants, des médecins libéraux ont eu le temps de se faire vacciner au centre de l'hôpital d'Alençon. Les trois ou quatre mille autres qui n'ont pas encore pu le faire devront aller faire la queue comme tout le monde dans les autres centres de vaccination, où les rendez-vous sont complets jusqu'en mars. Le centre hospitalier d'Alençon-Mamers, à lui seul, compte 1800 agents environ.

Un millier de soignants vaccinés en deux semaines

"On dit aux gens d'aller se faire vacciner, mais j'aimerais bien savoir avec quoi", s'indigne le Dr Cauchin. "Il y a beaucoup d'effets d'annonces au niveau national mais si on n'est pas en mesure de vacciner, il faut le dire, et pas nous faire croire qu'on pourra vacciner massivement alors qu'on n'est pas en capacité de le faire".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess